1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Chèque alimentaire : tout ce qu'il faut savoir sur cette aide
3 min de lecture

Chèque alimentaire : tout ce qu'il faut savoir sur cette aide

ÉCLAIRAGE - La mise en place de ce dispositif, qui vise à réduire "l'inégalité sociale nutritionnelle" en France, n'interviendra "pas avant 2022", a déclaré Bruno Le Maire.

Des tomates labellisées bio. Photo d'illustration.
Des tomates labellisées bio. Photo d'illustration.
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault

En réponse à la demande des membres de la convention citoyenne pour le climat, Emmanuel Macron avait promis en décembre 2020 de créer des chèques alimentaires. Ces derniers doivent permettre aux ménages les plus modestes de manger mieux et aux agriculteurs de mieux vivre. Neuf mois plus tard, comment avance ce projet ? 

"On va le faire", avait assuré en fin d'année le président de la République devant les 150 citoyens de la convention. Le 23 février, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie déclarait sur RTL que le dispositif était "en cours de finalisation". Toutefois, selon les dernières informations, révélées lundi 6 septembre par le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, le gouvernement attend "un premier rapport mi-octobre et un rapport définitif de propositions au début du mois de janvier 2022", a-t-il déclaré sur RMC. Ainsi, la mise en place de ce dispositif n'interviendra "pas avant 2022", a précisé le ministre.

L'objectif de cette aide nutritionnelle est de répondre à "une inégalité sociale nutritionnelle dans notre pays" en apportant "la capacité à chacun d'avoir accès à des produits de qualité, des produits frais et locaux", rappelait le ministre de l'Agriculture sur notre antenne. 

Qui sera concerné par cette aide ?

Qui aura droit à cette aide ? À hauteur de combien est-elle estimée ? Qui se chargera de la distribution ? Pour l'heure les questions arbitrant les contours de ce dispositif sont encore flous. Néanmoins, plusieurs pistes sont étudiées par le gouvernement. Bruno Le Maire est favorable à ce que les centres communaux d'action sociale (CCAS) soient en charge de la distribution des chèques, ce qui correspondrait à environ 5 millions de bénéficiaires. C'est également la piste qu'avaient présenté les membres de la Convention citoyenne dans leur rapport. 

À lire aussi

De leur côté, Julien Denormandie et le député de Paris Mounir Mahjoubi sont plutôt en faveur d'une aide à destination "des jeunes ou des familles avec enfants à revenus modestes", sous forme de chèque ou de carte, relate l'Internaute. 

Enfin, les associations caritatives estiment pour leur part que le nombre de bénéficiaires potentiels avoisinerait plutôt les 8 millions de Français. La FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), vise en priorité les jeunes familles, les étudiants boursiers et le personnes âgées.

Quel sera le montant du chèque ?

Concernant le montant de l'aide, celui-ci n'a pas encore été fixé par le gouvernement. Mounir Mahjoubi a fait une proposition où le chèque serait compris entre 30 et 60 euros par mois et par famille. "Le budget total pourrait alors s’élever de quelques centaines de millions à deux milliards d’euros", a-t-il précisé à nos confrères de Ouest-France. "Après, cela viendra en confrontation avec d'autres propositions, comme des allocations spécifiques pour la période Covid. C'est tout l'objet des discussions qui ont lieu au niveau gouvernemental", a souligné le député. 

Au mois d'avril, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie avait de son côté fait part d'un montant de 50 euros par mois sur RMC. Enfin, la FNSEA a quant à elle proposé un dispositif permettant de dépenser 5 euros par jour. 

Quels produits seront accessibles avec ce dispositif ?

Concernant les produits qu'il sera possible d'acheter avec les chèques alimentaires, les contours doivent une fois encore faire l'objet d'arbitrage par le gouvernement. Dans leur rapport, les membres de la Convention citoyenne, à l'origine de cette proposition, plaidaient pour l'achat de "produits durables (issus de l'agro-écologie, des circuits courts)". 

Lors de son entretien avec Ouest-France, Mounir Mahjoubi a assuré que les chèques alimentaires permettraient "d'acquérir des produits vertueux tels que précisés dans la loi Egalim : des produits frais à signe de qualité (de type bio ou labels) avec une priorité sur les fruits et légumes". Le député de Paris a également rappelé que le souhait de LaREM avec ce dispositif, est que "85 % de l'argent investi devra ensuite revenir aux agriculteurs". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/