2 min de lecture Coronavirus

Confinement : les achats massifs de pâtes font décoller le cours mondial du blé

ÉDITO - Sur fond de craintes liées à l'épidémie du coronavirus et de confinement, les consommateurs se sont massivement rués aux rayons des pâtes. Cette frénésie a entraîné la montée du cours mondial du blé.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Confinement : les achats massifs de pâtes font décoller le cours mondial du blé Crédit Image : GEORGES GOBET / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Venantia Petillault

Depuis le début de la propagation du coronavirus, la frénésie d'achats de pâtes qu'on observe dans toute l'Europe a une conséquence inattendue. En raison de l'épidémie, les achats de pâtes sont en effet si massifs qu'ils ont fait monter le cours mondial du blé.

À Chicago, là où s'échangent de considérables quantités de grains, le cours du blé a pris 12%. Aux pâtomaniaques du monde entier se sont d'ailleurs ajoutées les commandes inhabituellement fortes des minotiers français, qui fabriquent de la farine, et qui répondent à une demande en forte croissance de nos boulangers. Car les Français se sont aussi rués sur le pain, ces dernières semaines, au point de faire bouger les marchés mondiaux.
 
La demande mondiale en blé est donc très soutenue. La Chine a passé commande de plusieurs centaines de milliers de tonnes, et certains pays font des stocks stratégiques, en Afrique du Nord par exemple. Et on redoute les interdictions d'exportation, de la part de la Russie par exemple ou de l'Ukraine, très gros producteurs, qui voudraient protéger leurs populations. Sans parler des problèmes de transport, avec l'effondrement des liaisons internationales. 

En fait, les états font exactement la même chose que les consommateurs de base, ils prennent leurs précautions. Mais pour l'instant, pas de problème d'approvisionnement, seuls les prix montent.

Une production sept jours sur sept

60% des pâtes que nous consommons sont importées. Parce que notre production de blé dur, la base de la pâte, est insuffisante. Les pâtes sont importées en très large partie d'Italie, avec une marque comme Barilla, une entreprise familiale née à Parme en Italie du Nord, à la fin du 19ème siècle et toujours dirigée par un descendant du fondateur. Sous cette apparence locale et traditionnelle, Barilla est en fait un géant, N°1 mondial. 

À lire aussi
Les touristes désertent les restaurants français. restauration
Les infos de 5h - Réouverture des restaurants : le personnel se prépare à la reprise du 2 juin

Et on a aussi des Français bien sûr, le plus célèbre et le plus important pour les pâtes faites en France, c'est Panzani, une entreprise fondée en 1950 par Jean Panzani, un italien naturalisé français. Panzani a appartenu au groupe Gervais Danone, devenu BSN, puis revendue, elle est aujourd'hui la propriété d'un groupe agro-alimentaire espagnol.

Les fabricants français se sont réorganisés pour faire face à des ventes qui ont plus que doublé. Ils produisent désormais en trois huit, sept jours sur sept. Chez Panzani, on a réduit le nombre de références, c'est-à-dire de formes de pâtes fabriquées, en passant de 135 à 29 seulement, pour être plus efficace. Pour les pâtes importées, le risque est évidemment plus grand, à cause du transport qui est nécessaire à plusieurs étapes. Transport du blé canadien vers les usines italiennes de Barilla, par exemple.

Pour l'instant, les usines italiennes tournent à pleine capacité, malgré une diminution du personnel de 15%, à cause de la fermeture des écoles qui contraints certains salariés à rester chez eux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Économie Alimentation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants