3 min de lecture Santé

Confinement : Michel Cymes met en garde contre le risque de la prise de poids

Pour ne pas prendre du poids pendant cette période de confinement, Michel Cymes rappelle l'importance des "moments alimentaires".

Ca va beaucoup mieux - Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Le risque de la prise de poids en période de confinement Crédit Image : iStock / Getty Images Plus | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Charles Deluermoz

C'est l'une des conséquences du confinement : la prise de poids. Je ne sais pas si vous avez eu l'occasion de parcourir l'excellent numéro de Libération de ce jeudi 19 mars, intitulé le Libé des écrivains et toujours disponible sur internet, mais, si c'est le cas, vous avez sans doute lu cette magnifique "Lettre au Français" de l'auteure italienne Francesca Melandri.

Elle commence ainsi : "Je vous écris d'Italie. Je vous écris donc depuis le futur. Nous sommes maintenant là où vous serez dans quelques jours." Dans cette lettre savoureuse, elle nous dit tout ce que l'on va faire. "Avant tout, vous mangerez" dit-elle. Et tout au long de sa lettre, cela devient un gimmick. Elle nous explique que, en période de confinement, on mange. Mais aussi que, quand on a fini de manger, on remange et enfin que, quand on a plus faim, on remange encore. C'est presque du comique de répétition. Sauf que, à la fin, ce n'est pas hyper drôle car on grossit.

Le stress aiguise l'appétit

Ce qui nous fait manger dans ces conditions, c'est le stress. Le confinement, c'est du stress et de l'ennui aussi pour tout le monde. Vous avez l'impression d'être privé de liberté. Vous n'avez aucune certitude sur la date d'échéance du confinement. Vous allumez la télévision, on vous parle de virus, de détresse respiratoire et le président de la République vous dit qu'on est en guerre.

Vous avez donc besoin de réconfort. Et votre réflexe c'est de manger sucré, salé ou gras. Avec ces aliments, vous êtes certains de déclencher le circuit de la récompense. Sauf que c'est la mauvaise réponse. Surtout quand on n'a pas vraiment la possibilité de se déplacer pour éliminer. En même temps, je ne suis pas en train de vous dire qu'il ne faut pas manger parce qu'avec le confinement il y a déjà suffisamment de frustration. La solution, c'est donc de créer ce que l'on appelle des "moments alimentaires" et d'en faire des moments de partage.

À lire aussi
Un don de sang (illustration) santé
Don du sang : le délai d'abstinence imposé aux homosexuels supprimé

C'est-à-dire que, d'abord, dans la cuisine, on y prépare les repas. Le reste du temps, on n'a rien à faire dans cette pièce de la maison car sinon on risque de se mettre à grignoter. Le problème c'est que, pendant le confinement, la cuisine est toujours proche de vous. Donc ce que je vous conseille, c'est d'y passer du temps uniquement quand c'est utile et d'en faire un lieu de partage familial : vous pouvez par exemple impliquer les enfants dans la fabrication du repas ou du goûter.

Mangez des produits frais

Et cela ne risque pas d'aiguiser leur appétit. De nombreuses études montrent que, plus on génère de l'excitation sensorielle avant de passer à table, moins on mange une fois que l'on est effectivement à table. Bien sûr, il faut se mettre à table. Il est question de faire du repas un moment qui génère un plaisir qui reposera autant sur les échanges et les discussions que sur ce qui se trouve dans l'assiette.

Et dans cette assiette, il faut mettre des produits frais autant que possible. Les scènes d'hystérie auxquelles on a assisté dans certains supermarchés sont consternantes. Tout ça pour faire des provisions de produits longue conservation qui sont souvent les têtes de gondole de la malbouffe. Franchement, si vous avez peut de manquer, achetez plutôt des légumes surgelés.

Un dernier conseil à propos des enfants pour finir. Un enfant, il prend son goûter, et c'est normal. Mais le risque, c'est qu'il vous mette sous le nez des produits alimentaires qui vous font envie à vous aussi. Donc, si cela est évidemment possible, vous évitez d'être autour de vos enfants aux alentours de 16 heures !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Poids Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants