1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Passe sanitaire, bars, commerces, loisirs...Vers une fracture entre vaccinés et non vaccinés ?
3 min de lecture

Passe sanitaire, bars, commerces, loisirs...Vers une fracture entre vaccinés et non vaccinés ?

Face à la montée de nouveaux variants, le gouvernement envisage d'étendre le passe sanitaire pour réserver aux seuls vaccinés l'accès à certains commerces ou loisirs. Avec le risque d'opposer les Français.

Le gouvernement pense à étendre le pass sanitaire pour le rendre obligatoire dans les restaurants, certains commerces, ou loisirs
Le gouvernement pense à étendre le pass sanitaire pour le rendre obligatoire dans les restaurants, certains commerces, ou loisirs
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Benjamin Hue & AFP

Le répit n'aura pas duré longtemps. Face à la flambée du très contagieux variant Delta, déjà majoritaire dans trois régions et bien parti pour provoquer une quatrième vague dès la fin du mois de juillet, le gouvernement est déjà contraint d'insuffler une nouvelle dynamique à la campagne de vaccination, jugée encore insuffisante, avec moins de quatre Français sur dix aujourd'hui complètement protégés. 

Pour faire face à cette nouvelle donne estivale, de nouvelles mesures sanitaires devraient être enclenchées dès la semaine prochaine. Emmanuel Macron présidera lundi 12 juillet un conseil de défense sanitaire exceptionnel. Parmi les pistes poursuivies par l'exécutif pour augmenter la couverture vaccinale dans le pays, la vaccination obligatoire pour les soignants pourrait être actée. Autre idée à l'étude : la possibilité d'étendre le passe sanitaire à de nouvelles activités.

Mis en place le 9 juin pour sécuriser la reprise des très grands rassemblements en France et les voyages en Europe depuis le 1er juillet, le passe sanitaire - un certificat de vaccination, de test négatif ou de rétablissement - pourrait voir son périmètre gagner du terrain, alors qu'il va aussi être nécessaire pour accéder aux discothèques à partir de ce vendredi 9 juillet. 

"Aujourd’hui, le passe sanitaire est demandé pour des activités limitées (très grands rassemblements, discothèques, voyages), on peut imaginer que ce périmètre puisse évoluer, qu’il puisse concerner davantage d’activités", avait avancé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, lundi matin.

"20% de non vaccinés ne pourraient contraindre 80%"

À lire aussi

Écartée il y a encore quelques semaines, la possibilité d'utiliser le passe sanitaire pour accéder à certains commerces, bars ou restaurants, comme en Irlande, au Danemark, Autriche et bientôt en Grèce, est désormais sur la table pour inciter les Français à se faire vacciner. Toute personne non vaccinée, ou pas en mesure de présenter un test négatif récent, se verrait alors refuser l'accès à ces lieux.

Dans un entretien au journal Le Monde, ce jeudi 8 juillet, le président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, a plaidé lui aussi pour une extension du passe sanitaire. "L’idée que l’on puisse l'utiliser non seulement pour aller au stade (...), mais aussi pour se rendre au cinéma, au théâtre, au restaurant ne me choquerait pas", a -t-il expliqué, évoquant "une bonne mesure incitative, en particulier pour les plus jeunes".

Une fois que la vaccination aura été rendue accessible à tous les Français, après l'été, le gouvernement envisage aussi de stopper le remboursement des tests PCR "de complaisance", réalisés pour accéder à des concerts ou voyager. À terme, peut-être dès la rentrée, un traitement différencié entre vaccinés et non-vaccinés se profile. Avec le risque de voir le fossé se creuser et de voir émerger "un ressentiment" entre ces deux catégories de Français, comme l'a souligné le porte-parole du gouvernement dimanche. 

Le ministre de la Santé Olivier Véran a préparé le terrain à cette issue en expliquant qu'en cas de nouvelles restrictions anti-Covid, "20% de non-vaccinés ne pourraient pas contraindre les 80% de Français (qui veulent l'être, selon de récents sondages, ndlr) à ne pas accéder à des activités courantes qui leur ont tant manqué depuis un an". Le ministre a aussi cité des études montrant que fermer les commerces pour tous les Français aurait "un impact pas différent sur l'épidémie" qu'en proscrire l'accès aux seuls non-vaccinés. Les arbitrages du gouvernement seront rendus publics la semaine prochaine.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/