1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : pourquoi les vaccins qui arrivent font-ils si peur ?
3 min de lecture

Coronavirus : pourquoi les vaccins qui arrivent font-ils si peur ?

ÉCLAIRAGE - Les premières vaccinations contre le coronavirus pourraient avoir lieu en France dans quelques semaines, si ce n'est quelques jours... Entre leur rapidité de confection et leur technique innovante, les vaccins inquiètent.

Un essai de vaccin contre la Covid-19 (illustration)
Un essai de vaccin contre la Covid-19 (illustration)
Crédit : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Paul Turban

Un Français sur deux n'est pas prêt à se faire vacciner contre le coronavirus, selon un récent sondage Ifop sur le sujet. Ainsi, le scepticisme n'atteint pas seulement les traditionnels antivaccins en France, qui sont relativement nombreux, mais aussi des scientifiques et des Français particulièrement inquiets face à ces vaccins

Évidemment, le premier argument qui revient est celui de la rapidité de confection des vaccins contre le coronavirus. Il aura fallu moins d'un an après la découverte de l'épidémie pour que Pfizer et BioNtech, et d'autres laboratoires, fabriquent et se voient autoriser leur produit

La validation par les autorités de santé garantit que, dans l'état actuel des connaissances, un vaccin autorisé sera sûr et efficace. Toutefois, contrairement à d'autres vaccins comme celui contre le tétanos (qui a près d'un siècle) ou celui contre la grippe saisonnière pour lesquels on a des dizaines d'années de recul, le vaccin contre le coronavirus ne disposera pas de cette validation par l'expérience. Cela peut expliquer une partie de la défiance de certains. 

Les antivaccins font aussi douter certains sceptiques avec l'idée qu'il existe une clause de non-responsabilité des laboratoires. Ce n'est pas le cas, puisque la loi l'interdit. Toutefois, en cas de problème, la prise en charge des victimes pourraient être assurée par les États. 

Une technologie innovante

À lire aussi

Toutefois, là où les premiers vaccins contre le coronavirus, comme ceux de Pfizer ou Moderna, ajoute de l'inquiétude à l'inquiétude, c'est qu'ils utilisent une technologie totalement innovante : l'ARN messager

Pour faire simple, au lieu de mettre dans le vaccin des virus affaiblis ou morts, on met un brin d'instruction génétique qui fait produire à nos propres cellules des petits morceaux de virus inoffensifs, qui permettent ensuite à notre corps de s'immuniser. 
Or, pour ne citer que lui, le Professeur Éric Caumes, infectiologue, a expliqué que "les vaccins pour les spécialistes de maladies infectieuses sont les plus grands progrès de la médecine, avec les antibiotiques et les antiinfectieux." Il se fera donc vacciner. 

Toutefois, ce même infectiologue a indiqué, sur France Inter, s'est montré sceptique spécifiquement sur les vaccins à ARN messager : "on manque de recul, on n'a toujours pas les publications scientifiques, les dossiers sont à l'agence des médicaments américaine et européenne." Il ne se voit donc pas, à ce jour, être vacciné par des vaccins utilisant de telles technologies. 

À noter toutefois, le gouvernement a promis une entière transparence sur les vaccins : toutes les données disponibles devraient être rendues publiques afin que la population soit autant informée que le gouvernement. Il dira "de manière très claire ce qu'on sait et ce qu'on ne sait pas", a promis Emmanuel Macron.

De plus, des vaccins contre le coronavirus utilisant des technologies plus traditionnelles devraient arriver sur le marché, comme l'un des projets Sanofi ou encore le vaccin de l'Institut Pasteur

À écouter

Saison 2 - 9. Coronavirus : le point sur la course aux vaccins
13:22
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/