3 min de lecture Santé

Coronavirus : où trouver de l'aide psychologique pendant le confinement ?

Avec le confinement vient son lot de difficultés. Parmi elles : l'anxiété provoquée par l'isolation en pleine épidémie. Si vous souffrez de cette situation, il ne faut pas hésiter à demander de l'aide.

Plusieurs lignes téléphoniques existent pour obtenir une aide ou un soutien psychologique en cette période de confinement.
Plusieurs lignes téléphoniques existent pour obtenir une aide ou un soutien psychologique en cette période de confinement. Crédit : Unsplash/@anthonytran
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Confinement, jour 23. C'est officiel, la période d'isolation sera rallongée. Une nouvelle pouvant entraîner avec elle de profonds sentiments de lassitude, d'anxiété voire de dépression. Si tel est votre cas, sachez que différents moyens sont à votre disposition pour bénéficier d'une aide psychologique.

Dès le début du confinement, les professionnels alertaient sur les risques de dépression. "On se rend compte que c'est pour longtemps. Cette immense plage de temps commence à faire rentrer des idées plus complexes et dépressives", expliquait le psychiatre Serge Hefez sur RTL le 21 mars dernier. 

Une analyse appuyée par son confrère Jérôme Marty qui déplorait des annonces au compte-goutte. "Si on commence à dire qu'on va lever ça au bout de 10 ou 14 jours et qu'on maintient cela, c'est là qu'on va avoir encore plus de dépressions, de mélancolies et de difficultés à vivre ça." Alors pour pallier ces risques, les professionnels se mobilisent.

La solution de la téléconsultation

"Dans un contexte épidémique national, les psychologues doivent être là pour écouter et soulager l’anxiété de ceux qui souffrent, et éviter que des décompensations viennent engorger les urgences", insiste le syndicat national des psychologues sur son site internet. C'est pourquoi il suggère aux praticiens de poursuivre leur activité en téléconsultation, par téléphone ou par visio-conférence. Une nécessité pour continuer à suivre leurs patients habituels et offrir leurs services à de nouveaux en cette période de confinement.

À lire aussi
De l'hydroxychloroquine (illustration) épidémie
Coronavirus : l'OMS annonce la reprise des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine

Barbara Goutte, psychologue dans un hôpital psychiatrique pour adolescents de la région parisienne explique ainsi dans Sud-Ouest qu'elle poursuit ses consultations par téléphone ou grâce à des applications vidéo. "Je propose par Skype ou WhatsApp pour maintenir un lien visuel, car ça peut être angoissant de se livrer sans voir son thérapeute", confie-t-elle. Les plateformes spécialisées comme Doctolib, Docavenue ou MesDocteurs proposent aussi leur propre outil de téléconsultation.

Le cabinet de psychologie Cogito'Z a lui créé une ligne téléphonique. "Vous appelez le 0805 822 810, vous tombez sur un des 35 psychologues qui se relaient entre 10 et 17 heures, du lundi au samedi, et on vous écoute avant de vous donner des conseils", explique Michel Cymès. 

Des numéros d'écoute

Les traditionnels numéros d'écoute sont un autre moyen de trouver de l'aide. À commencer par le numéro vert du gouvernement. Initialement créé pour renseigner la population à propos du coronavirus, il propose désormais un service de soutien psychologique. Il est disponible 24 heures sur 24 7 jours sur au 0 800 130 000. 

Des démarches similaires ont été prises par les collectivités territoriales. C'est le cas dans la Sarthe par exemple, ou le Conseil départemental a mis en place "une ligne téléphonique de soutien psychologique qui s’adresse aux familles, parents, enfants, personnes âgées, personnes en situation de handicap", rapporte Ouest-France. Dans les Hauts-de-Seine, plusieurs communes ont également ouvert des cellules psychologiques, comme à Gennevilliers, indique Le Parisien.

En parallèle, les numéros d'écoute de la Croix-Rouge ou S.O.S. Amitiés restent ouverts, tout comme ceux dédiés aux victimes de violences comme le 3919 pour les victimes de violences conjugales ou le 119, pour les enfants violentés. Tous ont mis en œuvre un plan de continuité pour poursuivre leur activité, malgré le confinement.

Une aide spécifique pour le personnel soignant

Confrontés directement à la maladie, et parfois à la mort, les personnels soignants font partie des populations les plus exposés aux risques d'anxiété et de dépressions. "Mes collègues me parlent beaucoup de leur fatigue, de leur sentiment d’impuissance qu’ils partagent beaucoup avec les médecins, de la peur d’attraper la maladie et de contaminer leurs proches. Ils me parlent de leur sentiment d’être abandonné aussi", confiait à RTL Sabine Sportouch, psychologue en service de réanimation à l'hôpital Bicêtre (Val-de-Marne) au début du mois d'avril.

Pour les aider plus spécifiquement, il existe un numéro vert mis en place avant-même la pandémie. Il s'agit de celui de l'association des soins au personnel de santé (SPS) disponible au 08 05 23 23 36. Il est anonyme et gratuit, et accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

De leur côté, des psychologues et psychiatres ont pris l'initiative de proposer leurs services gratuitement aux soignants pendant la crise sanitaire. Ils sont réunis sur les plateformes Psychologues solidaires ou Psyformed.com. Toutes deux offrent un service de consultation qui a vocation à exister même après la crise, explique Ségolène Lefort, bénévole sur Psyformed.com, à France Bleu. "Après le feu de l'action, il va y avoir des images ou des événements que les soignants vont revivre. Ils auront alors besoin de les nommer". Et ce sera à leur tour d'être soignés et accompagnés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Coronavirus Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants