4 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : pourquoi on ne peut pas affirmer que la vitamine C est un traitement efficace

DÉCRYPTAGE - Contrairement aux rumeurs qui circulent depuis plusieurs semaines, il n'est pas possible d'affirmer en l'état que l'administration à haute dose de vitamine C a un impact sur la maladie.

Une pharmacie, à Caen, le 16 novembre 2012
Une pharmacie, à Caen, le 16 novembre 2012 Crédit : AFP PHOTO/CHARLY TRIBALLEAU
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Il n'existe pas encore de traitement efficace pour prévenir ou soigner l'infection au Covid-19 liée au nouveau coronavirus SARS-CoV-2. Mais en attendant de trouver la parade à la première pandémie du siècle, certains médicaments ont récemment été érigés en remède miracle pour traiter les malades du Covid-19 à partir de publications abondamment relayées sur les réseaux sociaux. 

L'exemple le plus emblématique est celui de l'hydroxychloroquine, la molécule antipaludéenne préconisée en France par l'infectiologue Didier Raoult sur la base d'un modeste essai chinois en laboratoire et d'une étude clinique menée sur 24 patients, qui divise aujourd'hui l'opinion publique et les scientifiques sur ses bienfaits avérés. Dans l'ombre de l'hydroxychloroquine, une autre croyance creuse son sillon sur la toile depuis plusieurs semaines, l'idée selon laquelle l'administration à haute dose de vitamine C permettrait de guérir du Covid-19.

A l'origine, il y a la publication d'une vidéo d'un médecin sino-américain nommé Richard Cheng qui expliquait début mars comment une Chinoise âgée de 71 ans aurait survécu au Covid-19 au Wuhan, sans contaminer ses proches, en prenant de la vitamine C à haute dose en complément d'autres traitements. Selon lui, la patiente aurait consommé près de 10 grammes par jour durant son hospitalisation, soit plus de 90 fois la dose recommandée, et sa fille quasiment le double, sans être infectée. 

Dans d'autres publications plus récentes, le praticien explique qu'un groupe d'experts médicaux chinois a conclu que le traitement à haute dose de vitamine C pouvait être efficace pour les infections légères et sévères de Covid-19. Il affirme qu'une cinquantaine de malades ont ainsi traités avec succès en se faisant injecter de la vitamine C en intraveineuse dans les mêmes proportions au Centre de santé publique de Shangaï. Mais ces affirmations n'ont pas pu être vérifiées pour l'instant.

Le recul scientifique face à l'urgence sanitaire

À lire aussi
Le défilé du 14 juillet 2019 14 juillet
14 juillet : un hommage sera rendu aux soignants et à la société civile

L'idée d'administrer de la vitamine C pour combattre des maladies n'est pas nouvelle, car elle contribue à renforcer le système immunitaire. Mais rien ne prouve pour l'instant qu'elle est efficace dans le traitement de l'infection au Covid-19. Contacté par RTL.fr, l'Institut Pasteur rappelle qu'aucune étude scientifique n'a encore été validée sur le sujet et qu'il n'existe par conséquent pas assez d'informations ni de recul pour évaluer la viabilité de cette hypothèse.

Comme le rapporte Sciences et Avenir, plus de 200 essais cliniques ont été lancés en Chine entre fin janvier et fin février pour trouver un traitement contre le coronavirus. Parmi eux, l'administration de vitamine C à forte dose est l'une des pistes poursuivies, à l'hôpital Zhongnan de Wuhan. Mais les résultats ne sont pas attendus avant septembre.

Face à l'urgence de la situation, et sans attendre ces résultats, des hôpitaux de l'Etat de New York, aux Etats-Unis, ont cependant commencé à administrer des doses massives de vitamine C à des patients en soins intensifs souffrant du coronavirus sur la base des traitements expérimentaux mis en place à Shangaï, rapporte le New York Post

Un des médecins en charge de ces unités de soins a déclaré au média américain que la vitamine C est administrée à certains patients en complément d'autres médicaments tels que l'hydroxychloroquine et l'azithromycine, le traitement préconisé en France par le professeur Raoult que les hôpitaux new yorkais ont l'autorisation d'utiliser depuis mardi.

Ne pas dépasser les doses recommandées

En attendant d'avoir davantage de recul scientifique, prendre de la vitamine C au quotidien peut participer à renforcer le système immunitaire, sans être spécialement préconisé pour prévenir le Covid-19. Mais il est conseillé de ne pas dépasser les 110 mg par jour, la dose recommandée par les experts de l'Anses. Et de ne pas s'adonner soi-même à une cure en haute dose sans passer par un professionnel. Un excès de vitamine C peut entraîner des effets secondaires comme des diarrhées ou des calculs rénaux.

En l'état actuel des connaissances, le développement d'un vaccin contre le Covid-19 n'est pas espéré avant un à deux ans. Des essais cliniques sont menés en Europe et à travers le monde pour mesurer l'efficacité de différents traitements contre la maladie. Les premiers résultats sont attendus dans les prochaines semaines.

En attendant un éventuel traitement, l'Organisation mondiale de la santé recommande de se laver régulièrement les mains avec de l'eau et du savon ou une solution hydroalcoolique, d'éternuer dans son coude et d'utiliser des mouchoirs jetables. Il est aussi nécessaire de respecter les mesures de confinement mises en place dans la plupart des pays et une distance d'au moins un mètre avec les autres personnes en cas de sortie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants