2 min de lecture Coronavirus

Chloroquine : "Il nous faut des preuves solides", tempère un professeur en virologie

INVITES RTL - Pour lutter contre le coronavirus, un traitement à base de chloroquine est actuellement en test dans plusieurs hôpitaux français. Bruno Lina, professeur en virologie au CHU de Lyon et Olivier Bogillot, président de Sanofi France, reviennent sur l'espoir suscité par cette molécule.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Chloroquine : "Il nous faut des preuves solides", tempère un professeur en virologie Crédit Image : GERARD JULIEN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Benoît Collet

En parallèle des mesures de confinement, le gouvernement a annoncé le lancement de tests cliniques de la chloroquine, une molécule anti-paludique qui pourrait être efficace contre le covid-19, à en croire des essais menés en Chine ainsi que les expérimentations du professeur Raoult, directeur de l'institut hospitalo-universitaire Méditerranée infection de Marseille.

Bruno Lina, professeur en virologie au CHU de Lyon, est chargé de mener un de ces tests. "Nous avons débuté le 21 mars. Sur plusieurs groupes de patients, nous allons évaluer l'efficacité de différents traitements, dont la chloroquine et l'hydroxychloroquine. Peu à peu le dispositif devrait englober 3.000 malades dans toute l'Europe. L'hypothèse du professeur Raout est intéressante, mais il nous faut des preuves solides."

L'hydroxychloroquine va également être testée auprès de soignants et dans certains Ehpad, afin de déterminer si cette molécule peut aussi être utilisée de manière préventive chez les personnes à risques ou très exposées au virus.

Stocks suffisants

L'idée serait de l'utiliser pour "diminuer le nombre de cas qui passent en réanimation", pointe Olivier Bogillot, président de Sanofi France, groupe pharmaceutique qui possède la plaquénil, nom commercial de l'hydroxychloroquine. "Il ne s'agit pas de dire que c'est un médicament miracle. Mais suffisamment de signaux positifs laissent penser qu'il réduit la charge virale et pourrait donc faire baisser le nombre de patients".

À lire aussi
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, à l'Assemblée nationale Muriel Pénicaud
Coronavirus : "Ne licenciez pas", l'appel de Muriel Pénicaud aux entreprises

Selon Olivier Bogillot, Sanofi a suffisamment de stocks pour "traiter 300.000 patients" tout de suite, en attendant bien sur le "feu vert des autorités". "Nous avons commencé à livrer les hôpitaux prioritaires, ceux qui testent la molécule", ajoute le président de Sanofi.

Si ces traitements donnent bon espoir de trouver un remède contre le Covid-19, le professeur Lina appelle à rester nuancé tant que les essais cliniques n'auront pas donné de résultats. "L'Italie fait remonter des signaux d'alertes quant à des effets secondaires dus à l'hydroxychloroquine : des pathologies cardiaques observées quand on l'utilise sur des formes peu graves de la maladie ou de façon préventive".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Pharmacie Sanofi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants