2 min de lecture Épidémie

Coronavirus : "Il est plus mortel que la grippe", dit Sylvie Briand (OMS) sur RTL

INVITÉE RTL - La directrice du département Préparation mondiale sur les risques infectieux de l'Organisation mondiale de la Santé salue la fermeture des écoles dans l'Oise et le Haut-Rhin.

micro générique L'invité RTL du week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Coronavirus : "ça peut être arrêté", dit une directrice de l'OMS Crédit Image : FABRICE COFFRINI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier édité par Nicolas Scheffer

L'épidémie du coronavirus a désormais dépassé les 100.000 cas dans le monde. 21 cas ont été détectés à bord d'un navire de croisière au large de la Californie aux États-Unis. La Chine a annoncé que le bilan était porté à 3.070 morts, et une nouvelle augmentation du nombre de cas en dehors de la province de Hubei où le virus a été détecté en premier. 

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a estimé que la propagation du virus était "très préoccupante". La directrice du département Préparation mondiale sur les risques infectieux de l'OMS, Sylvie Briand annonce que les 100.000 cas "est un chiffre que l'on craignait, mais on a vu que les mesures que la Chine a prise ont permis de retarder la propagation de ce virus".

Il ne faut toutefois pas confondre le covid-19 et la grippe saisonnière. "C'est un virus qui est plus mortel que la grippe saisonnière. C'est surtout un virus contre lequel on n'a pas d'arme : on n'a pas d'antiviraux ou de vaccin. Là, ce sont surtout des soins non-spécifiques qui permettent d'aider les patients à récupérer".

"Dans les pays en développement, ça va être très compliqué"

De nombreuses équipes de recherche tentent de trouver un traitement. Des candidats vaccins, c'est-à-dire des vaccins qui ne sont pas encore homologués, sont en cours de développement, "mais ils ne seront disponibles que dans plusieurs mois", souligne la directrice de l'OMS.

À lire aussi
Exemple d'un contrôle routier à la frontière franco-allemande. international
Confinement : bazar à la frontière franco-belge

Le manque de matériel "est une source d'inquiétude parce qu'on pense que dans des pays en développement ça va être très compliqué", souligne-t-elle. Elle prédit que le virus va se répandre "maintenant, l'objectif, c'est de ralentir sa progression au maximum pour que le système de santé se prépare le plus possible. Le risque, c'est un afflux massif de patients aux urgences qui rendent compliqués les soins de qualité".

Les plus fragiles mettent entre 2 et 8 semaines" à se remettre

Sylvie Briand salue les mesures du gouvernement, notamment de fermer des écoles dans l'Oise et le Haut-Rhin. "Ce sont des mesures qu'on préconise qui peuvent être utiles. À chaque localité d'évaluer le risque. En Chine, la maladie a été stoppée dans la plupart des provinces. C'est une maladie qui peut être arrêtée", insiste-t-elle.

L'Italie compte 50 morts alors que la France est à neuf décès. La péninsule italienne a aussi été confrontée au coronavirus plus tôt. En France, "beaucoup de gens sont aujourd'hui en phase critique et décèdent ces jours-ci. Les patients qui sont plus fragiles mettent entre deux et huit semaines" à se remettre de la maladie, insiste la professeur de médecine. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie OMS Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants