1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : faut-il craindre une troisième vague après les fêtes ?
2 min de lecture

Coronavirus : faut-il craindre une troisième vague après les fêtes ?

ÉCLAIRAGE - Aux États-Unis, la fête de Thanksgiving a laissé des marques, le nombre de nouveaux cas se multipliant. À l'approche des fêtes de fin d'année, un scénario similaire est envisageable en France.

Le marché de Noël de Strasbourg (illustration)
Le marché de Noël de Strasbourg (illustration)
Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP
Nicolas Barreiro

Plus que 18 jours avant Noël. Malgré la crise sanitaire le réveillon se déroulera dans des conditions presque normales. "Nous pourrons circuler librement entre les régions les soirs des 24 et 31 décembre pour partager ces moments en famille", annonçait Emmanuel Macron le 24 novembre dernier. Sans confinement, ni couvre-feu, derrière ces deux journées pourrait se cacher une éventuelle troisième vague violente. 

À titre de comparaison, les États-Unis n'ont pas établi de restrictions de déplacement à l'occasion de Thanksgiving, le jeudi 26 novembre. Depuis, les courbes s'envolent outre-Atlantique. En cinq jours, le pays dénombre plus d'un million de nouveaux cas. Pourtant, le gouvernement américain avait préconisé la prudence et la responsabilité de chacun, comme la France le fait actuellement.

Afin d'éviter cet "effet Thanksgiving", la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, invite tous les Franciliens à "aller se faire tester massivement, parce que les gens auront vu leurs proches", après le réveillon, a-t-elle indiqué à l'antenne de France Inter. Cette initiative pourrait ne pas suffire à contenir la propagation du virusle dépistage ne protège pas de la contamination et ne protège pas non plus les autres.

Une troisième vague naissante en Asie

Certains pays asiatiques, qui se croyaient tirés d'affaires il y a peu de temps, constatent un retour important important du virus. C'est le cas de la Corée du Sud et du Japon, chez qui le nombre de nouveaux cas a recommencé à s'envoler rapidement depuis la fin du mois de novembre. Idem au Sri Lanka, où cet indicateur est en hausse constante depuis octobre.

À lire aussi

Or, il est important de se rappeler que l'Asie avait connu leur deuxième vague épidémique avant la nôtre, tout comme la première. Généralement, un retour en force de l'épidémie dans les pays asiatiques se traduit par le même évènement en Europe, à quelques mois d'intervalle.

Le cas d'autres pays viennent mettre à mal cette prévision, en Inde où l'été a fait des ravages, la situation ne fait que s'améliorer depuis la rentrée de septembre, tout comme la Thaïlande qui semble maîtriser l'épidémie depuis la première vague. La Chine, selon les chiffres publiés, compte en moyenne moins de 100 cas par jour depuis le mois de mars.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/