1. Accueil
  2. Actu
  3. Santé
  4. Coronavirus en France : comment s'en sortent les services de réanimation ?

Coronavirus en France : comment s'en sortent les services de réanimation ?

Si l'Est du pays est sous tension depuis déjà plusieurs semaines, une lueur d'espoir persiste pour l'Ouest. La Bretagne, la Nouvelle-Aquitaine et l'Occitanie ont encore de la place pour accueillir des malades.

Un service de réanimation dans un hôpital, pendant l'épidémie de coronavirus (illustration)
Un service de réanimation dans un hôpital, pendant l'épidémie de coronavirus (illustration)
Crédit : Remko DE WAAL / ANP / AFP
Coronavirus en France : comment s'en sortent les services de réanimation ?
01:47
Générique 5
Agathe Landais
Journaliste

Responsabiliser les Français pour éviter un nouveau confinement : Jean Castex qui s'exprimera à 18 heures ce jeudi devrait appeler à la mobilisation générale. Hier encore, la France enregistrait plus de 16.000 nouveaux cas, dont 14% de variants anglais, plus contagieux. On est toujours sur un plateau haut et les services de réanimation recommencent à être saturés.

C'est notamment le cas de nombreux hôpitaux franciliens qui vont devoir recommencer à déprogrammer des opérations non-urgentes dans les jours à venir. Une forte tension sur les réanimations en Île-de-France qui inquiète les soignants. De plus, Paris concentre un quart des lits de réanimation du pays.

Dans d'autres régions, la situation est même encore pire : dans toute la moitié Est du pays, on est en réalité déjà dans le rouge depuis des semaines. En région PACA, les réanimations sont occupées à 86%. L'AP-HM (Assistance publique, Hôpitaux de Marseille) a transféré ses deux premiers malades en Bretagne la semaine dernière. Les hôpitaux de Marseille qui ont d'ailleurs aussi recommencé à déprogrammer la moitié de leurs opérations chirurgicales non-urgentes.

L'Ouest du pays reste préservé

La situation n'est pas meilleure en Auvergne-Rhône-Alpes avec des services de réanimation pleins à 96% pour les hospices civils de Lyon. En Bourgogne-Franche-Comté, c'est là que la tension sur les réas est la plus forte avec déjà 20 malades évacués vers d'autres régions, en seulement une semaine.

À lire aussi

Une petite lueur d'espoir néanmoins : les régions de l'Ouest, en Bretagne, en Nouvelle-Aquitaine ou en Occitanie, sont pour l'heure encore épargnées. Les services de soins intensifs ont encore de la marge pour accueillir les malades. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/