1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : Cymes alerte sur les TOC aggravés par les règles sanitaires
2 min de lecture

Coronavirus : Cymes alerte sur les TOC aggravés par les règles sanitaires

Les injonctions à se laver régulièrement les mains ont pu aggraver les troubles obsessionnels compulsifs de certains. Face à la spirale infernale, les thérapies comportementales et cognitives peuvent être un début de solution.

En 1847, au service maternité l'hôpital de Vienne en Autriche, le médecin obstétricien Ignace Philippe Semmelweis découvre l'importance de se désinfecter les mains.
En 1847, au service maternité l'hôpital de Vienne en Autriche, le médecin obstétricien Ignace Philippe Semmelweis découvre l'importance de se désinfecter les mains.
Crédit : SIPA
Michel Cymes - édité par Benoît Collet

 

Coronavirus : Cymes alerte sur les TOC aggravés par les règles sanitaires
Ça va Beaucoup Mieux
Découvrir l'émission
Coronavirus : Cymes alerte sur les TOC aggravés par les règles sanitaires
Ça va Beaucoup Mieux
Découvrir l'émission

Pendant des semaines, on n’a cessé de répéter qu’il fallait se laver les mains plutôt deux fois qu’une et qu’il fallait bien insister, en utilisant du savon, en frottant entre les doigts et en n’oubliant pas les ongles. Vous imaginez bien que pour ceux qui, avant la pandémie, passaient déjà leur temps à se laver les mains de manière compulsive, que ce que nous avons vécu n’a fait qu’accentuer la tendance. À tel point qu’à force, ils ont pu s’abîmer les mains et faciliter la vie aux germes


Pour sortir de ce cycle infernal, il faut en passer par les thérapies comportementales et cognitives (TTC). En quelques mots, il s’agit de travailler sur les pensées et les émotions. C’est une sorte d’exercice où l’on s’expose de manière progressive à ce que l’on redoute.

Les personnes se lavant compulsivement les mains doivent-elles cependant arrêter de la faire ? C’est là tout le problème. Ce genre de conseil va à l’encontre des messages de prévention que nous ne cessons de diffuser, messages qui, en définitive, ne font que légitimer les troubles du patient.

Quelles solutions ?

À lire aussi

Toute la question est de savoir où placer le curseur. Et dans la période actuelle, ça n’est pas simple… La solution est donc plus que jamais de suivre une thérapie. En général, la technique consiste à inciter le patient à ne pas se laver les mains plus de X fois par jour, mais pour espérer obtenir des résultats, il faut absolument que les exercices se passent dans le cabinet du thérapeute. Sans ce préalable, inutile d’espérer que le patient fasse ensuite les exercices une fois rentré à la maison.

Quel est le rôle de l'entourage ?

L’entourage peut aussi être d’un grand secours. Mais ça n’est pas simple pour lui non plus car il doit aider sans aider, cela donne une idée de la complexité des choses. Concrètement, cela veut dire que quand on est en présence d’une personne atteinte d’un TOC, il ne faut pas l’aider à accomplir ses rituels. C’est le premier point et il est capital.

Ensuite, il faut éviter de juger et faire preuve de patience. Si le patient exprime des craintes particulières, l’entourage doit lui répondre mais le faire une seule fois. Si le patient revient à la charge, il est nécessaire de rester ferme en répondant avec des formules du style "On en a déjà parlé" ou "Tu connais la réponse".

Enfin, il faut être attentif aux plus petits progrès. Savoir complimenter, c’est placer le patient dans la spirale du succès. Ça l’encourage à persévérer. Il en va des TOC comme de tout un tas d’autres maladies : quand on se bat ensemble, on décuple les chances d’obtenir des résultats.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/