2 min de lecture France

Coronavirus : comment la vaccination va s’accélérer en France

L'autorisation de l'Europe concernant le vaccin Moderna, annoncée ce mercredi 6 janvier, va permettre d'accélérer la vaccination en France.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus : comment la vaccination va s'accélérer en France Crédit Image : JOSEPH PREZIOSO / AFP | Crédit Média : Sophie Aurenche | Durée : | Date : La page de l'émission
Sophie Aurenche édité par Camille Guesdon

La vaccination va s’accélérer en France. Le feu vert de l’Europe sur le vaccin Moderna a été donné dans la journée. En attendant, en France, on utilise celui de Pfizer et BioNTech sur lequel on se pose encore beaucoup de questions.


Selon les résultats des essais cliniques et des publications dans les revues scientifiques, le vaccin Pfizer BioNTech diminue la mortalité et limite les formes graves de la Covid-19. C’est pour cela que la France a choisi de vacciner d’abord les personnes à risques : les personnes âgées, en commençant par les Ehpad où ont eu lieu 30% des décès. Ce sont eux qui contractent des formes graves du virus et non les moins de 50 ans, sauf exception.


Les recommandations de la Haute autorité de santé viennent de là : avec le nombre de doses dont nous disposons, ça ne sert à rien de vacciner trop et surtout les mauvaises personnes. Selon les informations connues sur le vaccin, il ne pourra pas faire disparaître le virus en un mois. Il va d'abord faire baisser le nombre d’hospitalisations et le nombre de morts.

Il est encore trop tôt pour connaître le temps de protection du vaccin

Pour l'instant, il n’y a pas encore d’études assez complètes concernant le vaccin de Pfizer Quant au vaccin Moderna, quelques travaux permettent d’être optimistes. Etant donné que les deux vaccins se ressemblent, les spécialistes espèrent que les vaccins protègeront ceux qui les ont reçus. Actuellement, il est trop tôt pour connaître le temps de protection du vaccin car le recul sur le vaccin n'est pas assez important. 

Avec 500.000 doses, on vaccine 250.000 personnes

À lire aussi
épidémie
Coronavirus : Castex promet 20 millions de vaccinés fin mai, et 30 millions à l'été

Pour le moment, le vaccin s’injecte en 2 doses, à 3 semaines d’écart. Mardi 5 janvier, l'OMS a autorisé une certaine souplesse qui permettra de mieux gérer les stocks. Aujourd'hui, avec 500.000 doses, on vaccine 250.000 personnes en 3 semaines. Si on retarde de 3 semaines la deuxième dose, ce qui est préconisé par l'OMS, le nombre de vaccinations est doublé. 

Mais toujours selon l'OMS, il ne faut pas plus de 6 semaines d'écart entre la première et la deuxième injection et seulement dans des cas particuliers : si le contexte épidémique est alarmant et s'il y a une tension sur l'approvisionnement. Le laboratoire prévient de son côté que l'efficacité maximale n'a pas été testé sur ce schéma-là et la France est pour le moment réticente à changer les règles d'injection.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
France Union européenne Europe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants