3 min de lecture Ligue 1 Conforama

PSG : la fin de saison peut-elle tourner à la catastrophe ?

DÉCRYPTAGE - Quasiment éliminé de la course au titre de champion en L1 après sa défaite à Nice, le club de la capitale va-t-il aussi laisser filer la 2e place et la Coupe de France ?

Thiago Silva et Edinson Cavani avec l'arbitre de Nice-PSG dimanche 30 avril 2017
Thiago Silva et Edinson Cavani avec l'arbitre de Nice-PSG dimanche 30 avril 2017 Crédit : VALERY HACHE / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

"Il ne faut pas être Einstein pour comprendre la situation". Signée par le défenseur latéral droit belge du PSG Thomas Meunier, voici l'une des répliques fortes qui restera après ce Nice-Paris. Le quadruple champion de France en titre, qui parvenait depuis le début de l'année 2017 à suivre le rythme infernal imposé par Monaco en tête de la Ligue 1 a probablement perdu le match de trop dimanche 30 avril à l'Allianz Riviera (3-1). 

Cette cinquième défaite de la saison, la première de l'année civile sur la scène nationale, va sans doute consacrer Monaco d'ici au samedi 20 mai prochain, soir de la 38e et dernière journée. Si rien n'est encore fait mathématiquement, le club de la Principauté (83 points) compte désormais trois longueurs d'avance sur les Parisiens (80), quatre en comptant la différence de buts (+66 contre +46), et ont en plus un match en retard à disputer contre Saint-Étienne le mercredi 17 mai. Soit une avance virtuelle de sept points. Or, Paris n'en a plus que neuf à glaner au maximum. 

Terminer 2e ou 3e, pas du tout la même chanson

Les Monégasques ayant prouvé ces dernières semaines qu'ils ne lâchaient rien - sauf la Coupe de France -, c'est désormais dans son rétroviseur que le PSG doit regarder. Les hommes d'Unai Emery seraient bien inspirés de remporter tous leurs derniers matches, non pour rêver mais pour s'assurer la 2e place devant Nice, revenu à trois unités (77) - la différence de buts étant, là, en faveur des partenaires de Thiago Silva (+46 contre +30). 

Le Gym est assuré de terminer au pire cette saison à la 3e place. Celle-ci offre une place en Ligue des champions, mais au stade du 3e tour préliminaire. En cas de qualification, il faudra ensuite franchir un barrage, toujours en matches aller-retour, pour rejoindre la phase de poules promise aux deux premiers. La différence est énorme, quand bien même Monaco a réussi cette saison l'exploit jamais vu auparavant de se hisser en demi-finale après un tel parcours commencé dès la fin juillet.

À lire aussi
Neymar avec le Brésil le 13 octobre 2019 à Singapour Paris Saint-Germain
PSG : Neymar absent quatre semaines pour une blessure aux ischios-jambiers

Rien ne dit que le PSG version 2017-2018 ne parviendrait pas à surmonter ces deux obstacles avant la cour des grands. Mais il y laissera à coup sûr des plumes. Surtout, alors que pour Nice le 3e tour préliminaire serait un bonus, il serait vécu comme un net recul à Paris. Forcément, se poserait l'avenir d'Unai Emery, si ce n'est pas déjà le cas au Qatar.

Calendrier a priori plus favorable pour Paris que Nice

Groggys par les événements de dimanche 30 avril, les Parisiens ont six jours pour se remettre dans le bon sens avant la réception de Bastia, samedi 6 mai (17h). Le club corse est certes dernier mais il n'a pas abdiqué dans la lutte pour le maintien, en témoigne son succès sur Rennes (1-0) ce week-end. Automatiquement suspendus, Thiago Motta et Angel Di Maria seront remplacés par Adrien Rabiot et Lucas, ou Javier Pastore s'il est remis, ou encore Gonçalo Guedes.

Les solutions ne manquent pas pour Unai Emery et Paris ne retrouvera a priori pas d'équipe du calibre de Nice, unique invaincu à domicile cette saison. Toutefois, le déplacement à Saint-Étienne le dimanche 14 mai ne s'annonce pas simple. Si les Verts (7es) n'ont plus grand chose à jouer, s'offrir le scalp du PSG reste un objectif majeur dans une saison. La victime du Barça en Ligue des champions terminera son exercice contre Caen, autre club à la lutte pour le maintien (18e).

Obligation de gagner la Coupe de France

À première vue, le calendrier de Nice n'est pas plus simple, avec des déplacements à Marseille (6e), euphorique à Caen (1-5), et à Lyon (4e), toujours capable de coups en Ligue 1 malgré l'obsession de l'Europa League. Entre temps, il y aura la réception d'Angers, qui n'a pas encore tout à fait assuré sa présence en Ligue 1 l'an prochain (14e).

À court terme, si Paris bat Bastia et que Nice ne s'impose pas au Vélodrome, le spectre de ce qui s'apparentera forcément à un fiasco dans la capitale s'éloignera, sans doute définitivement. A contrario, le PSG, risque de trembler à chacune de ses sorties, y compris contre Angers en finale de Coupe de France le samedi 27 mai. Conclure la saison avec la seule Coupe de la Ligue dans les filets ne suffira pas pour un club habitué à tout dévorer ou presque depuis quatre saisons.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue 1 Conforama Coupe de France Paris Saint-Germain
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants