2 min de lecture Ligue des champions

Manchester City-Lyon : un immense exploit signé "Pep" Génésio

ANALYSE - Régulièrement critiqué par une partie des supporters lyonnais, ironiquement surnommé "Pep" Génésio par ses détracteurs, Bruno Génésio a pris une belle revanche le soir où il affrontait le City de Pep Guardiola.

L'entraîneur de l'OL Bruno Génésio le 19 septembre à l'Etihad Stadium de Manchester
L'entraîneur de l'OL Bruno Génésio le 19 septembre à l'Etihad Stadium de Manchester Crédit : Paul ELLIS / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et Le Service des Sports

1-0 après 26 minutes, 2-0 juste avant la pause, City qui pousse en seconde période mais ne marque qu'une fois. Les supporters lyonnais ont vécu une folle soirée, mercredi 19 septembre, totalement inattendue. Tenu en échec (2-2) à Caen quatre jours plus tôt, déjà battu deux fois en cinq journées de Ligue 1 depuis le début de la saison, par Nice à domicile (0-1) et à Reims (1-0), l'OL a signé un véritable exploit pour ses débuts en Ligue des champions sur la pelouse de Manchester City (2-1).

Principal artisan de ce succès, au lendemain des défaites du PSG à Liverpool (3-2) et de Monaco face à l'Atlético de Madrid (1-2) : l'entraîneur Bruno Génésio. Son président Jean-Michel Aulas n'a pas hésité une seconde à le mettre en avant dès la première question sur la formidable performance collective des Lyonnais à l'Etihad Stadium. "C'est surtout Bruno qui, en imposant un schéma tactique à City, avec un entraîneur mythique, a réussi à contrer cette équipe qui est évidemment intrinsèquement plus forte que la notre".

Ce schéma tactique, c'est un 4-4-1-1, avec le milieu Lucas Tousart et la recrue offensive Moussa Dembélé sur le banc, Maxwel Cornet aligné d'entrée et auteur du premier but. Après, il y a le talent de Nabil Fekir, les gants sûrs d'Anthony Lopes, le manque de précision de Manchester City. Régulièrement critiqué par une partie des supporters lyonnais, ironiquement surnommé "Pep" Génésio par ses détracteurs, l'entraîneur de 52 ans brille donc le soir où il affronte le City de Pep Guardiola, référence dans le monde des coachs. 

Il n'y a pas de revanche

Bruno Génésio
Partager la citation

Joli clin d’œil. Belle revanche pour un homme qui jouait gros cette semaine, se trouvait vraiment dans les cordes après un début de saison raté. "Les cordes, ça fait deux ans et demi que j'y suis, rétorque-t-il. Il n'y a pas de revanche. Simplement, en football il faut toujours être prudent, il faut réfléchir avant de dire des énormités et des grosses bêtises (...) Gardons de la mesure".

À lire aussi
Le 11 de départ de Lille à Valence le 5 novembre 2019 Ligue des champions
Lille : comment expliquer la mauvaise forme du LOSC

Un message sans doute adressé au public lyonnais, peut-être aussi à ses joueurs. Génésio aimerait les voir confirmer en championnat, dès dimanche 23 septembre (21h) lors du choc de la 6e journée face à l'autre Olympique, Marseille. Ensuite, Lyon se rendra à Dijon, recevra Nantes puis le Shakthar Donetsk lors de la 2e journée de Ligue des champions, le mardi 2 octobre (21h). Si cet exploit à Manchester est de bon augure pour la qualification en 8es de finale, il reste encore cinq matches avant d'y parvenir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue des champions Olympique Lyonnais Manchester City
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants