1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Ligue 1 : 6 raisons de croire au sacre de Lyon cette saison
4 min de lecture

Ligue 1 : 6 raisons de croire au sacre de Lyon cette saison

ÉCLAIRAGE - Vainqueur de Lens (3-2), mercredi 6 janvier, l'OL a conforté sa place de leader de Ligue 1 après 18 journées. Le rêve d'un nouveau titre de champion de France est permis.

Memphis Depay et Houssem Aouar avec Lyon face à Lens le 6 janvier 2021
Memphis Depay et Houssem Aouar avec Lyon face à Lens le 6 janvier 2021
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune

Bien sûr, il est encore trop tôt pour se montrer affirmatif. Il reste encore 20 journées sur les 38 de cette saison 2020-2021 de Ligue 1 ; le mercato hivernal peut modifier les équilibres ; Memphis Depay, aux propos encore sibyllins à l'issue de la victoire (3-2) face à Lens, mercredi 6 janvier, n'est pas certain à 100% de rester jusqu'au bout.

Mais l'impression persiste : au regard de la première prestation en 2021 des hommes de Rudi Garcia, dans la lignée de la fin d'année précédente, l'Olympique Lyonnais présente clairement le profil d'un candidat au titre de champion de France en mai prochain (dernière journée le week-end du 22 mai).

Si les deux buts encaissés face aux Sang et Or à 3-0, ajoutés à celui qui avait coûté un nul (2-2) face à Brest mi-décembre, ternissent légèrement le tableau, le club de Jean-Michel Aulas conforte sa 1re place au classement après 18 journées. Il compte 3 longueurs d'avance sur le PSG, tenu en échec à Saint-Étienne (1-1), et sur Lille, surpris à domicile par Angers (1-2). 13 ans après son dernier sacre, l'OL a le droit de rêver au huitième.

1. Une seule défaite

Avec une seule victoire lors de ses six premiers matches fin août et début septembre, en ayant eu que neuf jours de coupure entre la demi-finale de Ligue des champions perdue face au Bayern Munich (3-0) et la réception de Dijon (victoire 4-1), le début de saison des Lyonnais a laissé craindre une nouvelle saison compliquée en championnat.

À lire aussi

Durant cette période, les Gones sont tombés à Montpellier (2-1) lors de leur troisième sortie, ont livré de pâles prestations à Bordeaux (0-0), Lorient (1-1), et à domicile contre Nîmes (0-0) et Marseille (1-1). La trêve internationale d'octobre a ensuite visiblement fait un bien fou au groupe : depuis, Lyon n'a plus perdu et carbure à 2,66 points de moyenne (32 pris sur 36 possibles).

2. Victoires à Paris et dans le derby

À l'approche de la mi-saison, l'OL surfe ainsi sur une série de 15 matches sans défaite (10 victoires, 5 nuls), dont un succès face au PSG au Parc des Princes (0-1) le 13 décembre, un mois après le 121e derby contre les Verts (2-1). Autre chiffre vertigineux : le nombre de buts marqués en moyenne lors des 12 derniers matches, 2,5. Parallèlement, Anthony Lopes est allé chercher le ballon dans ses cages moins d'une fois par rencontre (0,92 en moyenne).

3. Depay sur un nuage

Si Kylian Mbappé domine toujours le classement des buteurs avec 12 réalisations, trois Lyonnais figurent dans le top 10 : Memphis Depay en compte 10, Karl Toko-Ekambi 9, Tino Kadewere 7. Encore auteur d'un doublé face à Lens, le Néerlandais, s'est remis dans le bon sens une fois le mercato estival terminé. Si le Barça ne revient pas à la charge, l'OL possèdera avec lui une arme de poids dans la lutte pour le titre.

4. La bonne pioche Paqueta

Autre élément majeur de l'excellente dynamique lyonnaise, Lucas Paqueta. Recruté fin septembre pour près de 20 millions d'euros, l'ancien milieu brésilien de l'AC Milan ne cesse de séduire un peu plus les observateurs à chaque sortie. En phase offensive comme en phase défensive le joueur de 23 ans donne le ton, décale, récupère, bonifie ses partenaires. 

5. La profondeur de banc

Face à Lens, Rudi Garcia a dû composer avec quatre absences de taille : Marcelo en défense centrale (suspendu), Bruno Guimaraes au milieu (coronavirus), Karl Toko-Ekambi (coronavirus) et Moussa Dembélé (blessé) devant. Cela ne s'est quasiment pas vu, Sinaly Diomandé, Thiago Mendes ou Maxwel Cornet faisant mieux qu'assurer l'intérim. 

6. Pas de perte d'énergie en coupe d'Europe

Dans la course au titre, cet élément comptera face à des rivaux comme Paris, Lille, Rennes (4e à 7 longueurs) ou Marseille (5e à 8 points mais avec deux matches de moins). Autre facteur à prendre en compte : l'OL ne dispute pas de coupe d'Europe cette saison, contrairement au PSG (8es de finale de Ligue des champions à venir face au Barça) et au Losc (16es de finale de Ligue Europa contre l'Ajax).

In fine, cette première non qualification pour une compétition continentale depuis 23 ans, douloureuse à digérer en mars, sera peut-être un mal pour un bien. Et à défaut de décrocher un huitième titre de champion en fin de saison, de priver le PSG de son bien, l'Olympique Lyonnais est bien parti pour retrouver la Ligue des champions en 2021-2022 (les deux premiers de L1 décrochent directement un billet pour la phase de poules).

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/