4 min de lecture Droits des femmes

Grenelle des violences conjugales : pourquoi la question du handicap doit être prise en compte

INTERVIEWS - En plein Grenelle, la délégation aux droits des femmes du Sénat a publié un rapport sur la situation des femmes handicapées selon lequel 35% d'entre elles sont victimes de violences conjugales.

35% des femmes en situation de handicap sont victimes de violences conjugales.
35% des femmes en situation de handicap sont victimes de violences conjugales. Crédit : Andreas SOLARO / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Le handicap entraîne la violence, mais la violence entraîne aussi le handicap". Lors de son audition par la délégation aux droits des femmes du Sénat, Marie Rabatel, représentante de l'association francophone des femmes autistes (AFFA), a expliqué la situation particulière des femmes handicapées face aux phénomènes de violences qui les enferment dans un cercle vicieux d'invisibilisation. 

"Dans ce monde, nous sommes doublement vulnérables, parce que nous sommes des femmes, et parce que nous sommes en situation de handicap", explique Marie Rabatel à RTL.fr. "Lorsque nous sommes victimes, parfois nous ne sommes pas en situation de nous défendre ou de comprendre ce qui nous arrive".

Son témoignage et son expertise ont contribué à la rédaction du rapport de la délégation aux droits des femmes du Sénat intitulé "Violences, femmes et handicap : dénoncer l’invisible et agir !". Rendu public le 3 octobre dernier, en plein Grenelle des violences conjugales, il invite à prendre en compte le handicap dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes dans tous les milieux : dans l'espace public, en institution, mais également au sein du couple.

35% des femmes en situation de handicap sont victimes de violences conjugales

Françoise Laborde, sénatrice
Partager la citation

"35% des femmes en situation de handicap sont victimes de violences conjugales, ce chiffre est de 19% pour les femmes valides", explique la sénatrice Françoise Laborde, membre de la délégation aux droits des femmes à RTL.fr. C'est en partant de ce constat que quatre sénateur et sénatrices dont elle-même ont décidé d'auditionner Marie Rabatel ainsi que d'autres professionnels de la question du handicap, et des discriminations comme le défenseur des droits Jacques Toubon pour rédiger ce rapport.

Mettre un terme à la dépendance économique

À lire aussi
L'Hôtel de ville de Lyon féminisme
Lyon : des militantes féministes rebaptisent les rues de noms de femmes

Les travaux de la délégation aux droits des femmes ont abouti à la rédaction de quatorze recommandations. Parmi elles : l'individualisation de l'allocation adulte handicapé (AAH). Aujourd'hui celle-ci est calculée en fonction du revenu du foyer, et non en fonction du revenu de la personne en situation de handicap. 

"Cette dépendance économique rend compliqué la possibilité de quitter son conjoint violent", explique Marie Rabatel. D'autant plus que 49% des femmes handicapées sont inactives et que 13% d'entre elles sont au chômage, selon une enquête du défenseur des droits datant de novembre 2016.

La délégation aux droits des femmes prévoit de déposer un amendement au projet de loi de finance (PLF) et au projet de loi de finance sur la sécurité sociale (PLFSS) pour changer cette situation. La sénatrice Chantal Deseyne, elle aussi membre de la délégation, a envoyé un courrier à Marlène Schiappa à ce sujet pour sensibiliser la secrétaire d'État et impulser ce changement.

On nous croit encore moins que les femmes valides

Marie Rabatel, Association francophone des femmes autistes
Partager la citation

En plein Grenelle des violences conjugales, la question de la prise en compte du handicap est d'autant plus importante. Le gouvernement a d'ailleurs organisé un groupe de travail qui y est spécifiquement dédié. Claire Desaint, vice-présidente de Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir (FDFA) en fait partie. La FDFA défend les droits des femmes handicapées et alertent sur les violences dont elles sont victimes depuis "une dizaine d'années", explique-t-elle. "Nous formons beaucoup de professionnels aux questions de handicap". Parmi eux : "les magistrats, les médecins ou encore les agents de police". 

Ces derniers sont en première ligne dans les cas de violences conjugales, fait remarquer Marie Rabatel. "Par exemple pour une femme autiste, c'est parfois compliqué de raconter exactement ce qui s'est déroulé, on ne nous croit encore moins que les femmes valides parce que nos émotions ne sont pas manifestes ou parce que nous avons du mal à nous exprimer", explique-t-elle.

Un numéro d'écoute spécifique

Marie Rabatel cite également les exemples d'une femme sourde et muette et d'une femme malvoyante : toutes deux auraient du mal à témoigner ou à décrire leur agresseur. Un obstacle de plus au dépôt de plainte, lorsque l'on sait déjà les difficultés que les femmes valides rencontrent lorsqu'elles se rendent au commissariat pour dénoncer des violences conjugales. 

Le groupe de travail dédié au handicap s'est déjà rencontré quatre fois pour discuter des mesures applicables concernant les violences conjugales. Pour le moment tout cela reste confidentiel, insiste Claire Desaint. Le Grenelle se termine le 25 novembre, elle espère d'ici-là pouvoir discuter du rapport du Sénat qui est "très bien" selon elle.

En attendant, Claire Desaint rappelle que la FDFA a mis en place un numéro d'écoute spécifiquement dédiée aux femmes handicapées victimes de violences, disponible sur le site internet de l'association, le 01.40.47.06.06. "Nous avons des écoutantes spécifiquement formées sur les questions de handicap", explique Claire Desaint. Pour l'instant il n'est pas question de l'intégrer au numéro officiel du 3919, mais "ce serait possible", conclut-elle.

La rédaction vous recommande

FR

Lire la suite
Droits des femmes Handicap Violences conjugales
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants