1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Woodstock : qu'était Altamont, "le jumeau maléfique" du célèbre festival ?
2 min de lecture

Woodstock : qu'était Altamont, "le jumeau maléfique" du célèbre festival ?

En décembre 1969, Michael Lang organise un autre festival comme celui de Woodstock, mais sur la côte Ouest. Rien ne se passe comme prévu et cela signe la mort des années hippies.

Les Rolling Stones en concert en juillet 1969, quelques mois après Altamount
Les Rolling Stones en concert en juillet 1969, quelques mois après Altamount
Crédit : UPI / AFP
RÉCIT - Woodstock : le jour de l'ouverture du Festival à White Lake
03:05
Capucine Trollion
Capucine Trollion

Dans son livre Woodstock, Julien Bitoun parle du "jumeau maléfique" de Woostock, un autre festival appelé Altamount et qui s'est déroulé décembre 1969.

Tout d'abord, Altamont a été organisé par Michael Lang, 'le même organisateur que Woodstock". "Il a lieu sur la côte Ouest alors que Woodstock c'est côte Est, donc déjà il y a une différence culturelle considérable", explique Julien Bitoun au micro de Jour J. L'auteur parle aussi de jumeau, car le principe d'Altamont est le même que Woodstock : "En gros ils veulent organiser un concert avec plein de groupes. Là en l'occurrence, c'est un concert gratuit dès le départ. Ils ont appris de leurs erreurs à Woodstock", poursuit Julien Bitoun.

Altamont est organisé "à l'arrache" comme Woodstock. Quelques jours avant le début d'Altamont, "ils n'ont plus le lieu qu'ils voulaient avoir donc ils sont obligés de se rabattre sur une piste de F1, qui est une cuvette et le pire lieu possible pour un concert de rock", décrit encore l'auteur. 

Pour Altamont, les Rolling Stones sont en tête d'affiche, Carlos Santana revient, il y a aussi "des groupes typiques de la vague San Francisco dont le Jefferson Airplane, Grateful Dead et Les Flying Burrito Brothers", décrit Julien Bitoun. 

La faute des Hells Angels

À écouter aussi

"Le coup de génie maléfique d'Altamont, c'est d'avoir confié la sécurité aux Hells Angels, qui sont donc un gang de motards, qui, à l'époque sont des criminels notoires, qui se regroupent uniquement pour avoir une certaine impunité sur leurs différends méfaits", révèle Julien Bitoun. Ils sont "payés en bières par les Rolling Stones pour assurer la sécurité de leur concert".

"Dès le départ, ça se passe assez mal. Ça commence à se battre entre le public et les Hells Angel. Pendant le concert de Jefferson Airplane, les Hells Angels se prennent carrément la tête avec les musiciens, ils les insultent (...) Ça s'envenime dès  ce moment-là", raconte Julien Bitoun.

Le meurtre de Meredith Hunter pendant le concert des Stones

"Du coup Grateful Dead refuse de jouer et la 'suite logique' de tout ça c'est que pendant le concert des Rolling Stones, on a carrément un assassinat : Meredith Hunter, un homme noir d'une vingtaine d'années est poignardé par un Hells Angel soi-disant en légitime défense (...) à partir d'Altamont, on peut mourir à un concert, donc c'est vraiment l'acte de décès officiel des années hippies (...) C'est le début des années 70 et d'une ambiance radicalement différente", reconnaît le spécialiste.

Tous les jours dans Jour J, de 20h à 21h sur RTL, Flavie Flament vous fait découvrir les grands moments d’actualité qui ont marqué la mémoire collective.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/