1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Les Vikings : barbares, violents, explorateurs...Qui étaient-ils vraiment ?
4 min de lecture

Les Vikings : barbares, violents, explorateurs...Qui étaient-ils vraiment ?

Pendant la France du Haut Moyen Âge, les vikings ont lancé des raids sanglants sur nos côtes, remonté les fleuves en semant la terreur, mais ils ont aussi découvert de nouvelles terres et fondé des états.

Travis Fimmel, l'interprète de Ragnar Lothbrok dans la série "Vikings"
Travis Fimmel, l'interprète de Ragnar Lothbrok dans la série "Vikings"
Crédit : MGM Television
L'INTÉGRALE - Ragnar : mythique viking ou viking mythique ?
00:37:05
RÉCIT - De Ragnar à Rollon, les vikings et nous
00:30:52
Lorànt Deutsch - Entrez dans l'histoire
Lorànt Deutsch

Marins hardis, guerriers redoutables, les vikings étaient également des marchands, des explorateurs et des orfèvres de talent. Mythes et réalités s'enchevêtrent pour nous dépeindre le mystérieux Ragnar Lothbrok, mais aussi Rollon, le fondateur de la Normandie, ainsi que quelques autres venus chahuter la fin de règne des Carolingiens.

En filigrane de la légende de Ragnar Lothbrok se dessine tout de même une silhouette : l'incarnation du héros mythique nordique, de la trempe de ceux qui sont venus brûler nos abbayes et vandaliser nos centres-villes. 

C’est au tournant du IXe siècle que Ragnar serait né, des œuvres d’un roi danois, Sigurd Ring. Les Danois, comme leurs compères Norvégiens ou Suédois, sont des Scandinaves. Tous causent en vieux norrois et honorent les mêmes dieux chevelus paraissant tout droit sortis d’un concert d'heavy metal

Le terme "viking" désigne une activité

La vie est rude, les terres sont pauvres. Les Danois vivent au sein de petites communautés paysannes dominées par une puissante famille à la tête duquel se place un jarl, une sorte de comte.

Ces jarls, stimulés par le développement des techniques de navigation, emmènent au-delà des mers de petits groupes d’hommes pour s’enrichir, leur véritable obsession, soit en commerçant honnêtement, comme ils le font dans tout le pourtour de la Baltique, en vendant de l’ivoire de morse, des peaux de phoque, des fourrures de castors, soit en allant directement se servir chez les populations ou dans les monastères quasi sans défense, sidérés par la soudaineté et la violence de leurs attaques. Devant des moines effondrés, ces brutes païennes débitent à la hache les reliquaires forgés dans les métaux précieux et fracassent les calices.

Quant au terme viking, il désigne non pas une origine géographique, mais une activité. Est  viking celui qui prend part à une expédition, qu’il s’agisse d’aller vendre des os de baleine contre des monnaies arabes, ou de rapter des Baltes flânant sur le bord de mer, car les hommes du Nord sont aussi de grands trafiquants d’esclaves.

Des navigateurs hors-pairs

Si les vikings ont pris le goût des voyages outremer, c’est grâce à la découverte de la voile, qui complète les deux rangées de rames de leurs navires. Avec leur faible tirant d’eau, ils peuvent tout autant voguer sur les mers les plus inhospitalières que remonter les fleuves. Ils disposent des kaupskip, des navires commerciaux, et des langskip, armés pour la guerre. Leurs figures de proue représentent des dragons effrayants, et ce sont eux qui ont inspiré, au XIXe, le terme générique de drakkar. 

Sans boussoles, ni cartes, ni GPS, comment les navigateurs vikings pouvaient-ils s’orienter avec les astres, dans des régions boréales à la météo capricieuse ? Notamment grâce à leur sólarsteinn, ces "pierres de soleil" taillées dans du silicate de magnésie, elles polarisent la lumière du jour, même la plus infime. Voilà comment, entre les VIIIe et XIe siècles, les vikings ont essaimé, du fond de la Baltique aux côtes marocaines, en passant par le Groënland et poussant jusqu’aux côtes du Labrador. 

Au passage, ils auront fondé du côté de Kiev, la Rus’, embryon de la future Russie, mais aussi peuplé une île vierge qu’ils nommeront Islande et même tenté de survivre au Vinland, sur ce continent américain qu’ils atteindront 500 ans avant Christophe Colomb.

Ils ont réussi à envahir "la Francie"

Du légendaire Ragnar à Rollon, les turbulents vikings auront fait irruption dans l’Histoire de la Francie, qui s’est en partie écrite au rythme de leurs invasions. Celles-ci vont perdurer au cours du Xe siècle, notamment autour de la Loire, mais seront de plus en plus contrecarrées par la réaction des populations et des aristocrates locaux. Les derniers soubresauts du fléau datent des années 1010. 

De pirates, les Normands sont devenus propriétaires terriens et après avoir pillé les églises durant deux siècles, les vikings fondent des monarchies chrétiennes dans leur Scandinavie. Pour notre plus grand bonheur, ils se rangent et perdent le goût des expéditions. Et c’est à se demander finalement qui, des envahis ou des envahisseurs, sera sorti le plus bouleversé de ces deux siècles de fracas.

Les envahisseurs d’outre-mer ont-ils réellement fondé un État scandinave en Normandie ? Pas vraiment, ce sont plutôt eux qui se sont fondus dans la société franque. Qu’il s’agisse des structures politiques, de la religion ou de la langue, les visiteurs se sont rapidement acculturés à leurs hôtes. Ils se sont mariés avec des femmes du cru, intégrés, et sont devenus des vassaux importants - puis encombrants - des rois francs.

Alors, à part les traces d’incendie sur les ruines de quelques abbayes et des sépultures éparses, que reste-t-il de l’héritage de ceux qui ont terrorisé la Francie carolingienne jusqu’à s’y enraciner ? Peu de vestiges, mais surtout une toponymie. En vous baladant en Normandie, vous traverserez de nombreuses communes dont le nom procède directement du vieux norrois, la langue des vikings : Criquebeuf, Yvetot, comme Bec-de-Croc et Saint-Vaast-Dieppedalle dans le pays de Caux.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info