1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Famille royale : les "scandales" qui ont marqué le long règne de la reine Victoria
3 min de lecture

Famille royale : les "scandales" qui ont marqué le long règne de la reine Victoria

Femme la plus puissante du XIXe siècle, la reine Victoria a été une épouse très amoureuse, une veuve inconsolable et une vieille dame n’en faisant qu’à sa tête.

La statue de la reine Victoria devant  Buckingham Palace à Londres
La statue de la reine Victoria devant Buckingham Palace à Londres
Crédit : Daniel LEAL / AFP
Victoria : la reine amoureuse et rebelle
00:36:26
Lorànt Deutsch - Entrez dans l'histoire
Lorànt Deutsch

La reine Victoria a régné plus de 60 ans : de 1837 à 1901. C'est un record, à une époque où l’espérance de vie est à peine de 45 ans et où la maternité est la première cause de mortalité des femmes. Or, Victoria a eu 9 enfants qui tous ont survécu et inondé l’Europe de leurs descendants.

Et ce n’est pas le seul de ses records : dernière souveraine de la dynastie des Hanovre, la reine Victoria est la première qui a régné sur le Royaume-Uni et sur le Canada et l’Australie et qui a porté le titre d’impératrice des Indes. Son histoire est aussi ponctuée de scandales que nous allons découvrir dans ce nouvel épisode d'Entrez dans l'Histoire.

Victoria est sacrée reine le 28 juin 1838, à l’abbaye de Westminster. Elle a 18 ans. Il n'y a pas de photographes ni de télévision pour diffuser ces images extraordinaires du début du règne. Mais son premier portrait d’État par le peintre George Hayter est un chef-d’œuvre de fraîcheur et d’énergie, après 50 ans de souverains décatis, bouffis et ramollis.

L'affaire dite de "La Chambre à coucher"

Son premier Premier ministre, qui appartient au parti libéral des Whigs, Lord Melbourne, a été désigné sur les conseils de l’oncle Léopold, le frère de sa mère, Victoire de Saxe-Cobourg-Saalfeld. C’est un vieux courtisan, cynique et revenu de tout. Il est séduit par la naïveté et l’enthousiasme de Victoria et elle est séduite par sa connaissance du monde et sa bienveillance paternelle. Mais son caractère bouillant lui fait commettre son premier faux pas dans l’affaire dite de "la Chambre à coucher". 

En 1839, le parti conservateur gagne les élections. Lord Melbourne est remplacé par Robert Peel. L’usage est alors de confier les charges de dames du palais aux épouses du parti au pouvoir. Victoria refuse catégoriquement. Peel démissionne et Melbourne revient. Mais, la reine Victoria a retenu la leçon. Par la suite, elle se conformera à cette règle de la monarchie constitutionnelle.

Le "test de virginité" sur une dame de compagnie

Le deuxième scandale met en danger la popularité naissante de la reine Victoria. La baronne Lehzen, son ancienne gouvernante, qui dirige tout au palais, fait courir le bruit qu’une dame de compagnie de la mère de Victoria serait enceinte des œuvres de John Conroy, l'ancien écuyer de son père Édouard duc de Kent.

Victoria, furieuse contre l’homme qui a gâché son enfance avec le système Kensington où elle a été élevée de manière très stricte et presque cloîtrée, fait subir à la dame de compagnie un examen très humiliant qui révèle qu’elle est vierge. Ses rondeurs étaient liées à une infection dont elle meurt quelque temps plus tard. La reine est violemment critiquée par l’opposition et sifflée lors de ses sorties dans Londres. Là encore elle retiendra la leçon. 

Les affres de son fils Édouard VII

De son union avec Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, la reine Victoria donne naissance à 9 enfants. Son aîné, Édouard VII, prince de Galles, a entaché le règne de sa mère. Leur relation est difficile. Elle est scandalisée par sa vie de débauche, entre grandes courtisanes et bordels parisiens, où il est surnommé "Dirty Bertie". 

Au Chabanais, dans sa chambre de style hindoue, il a fait installer sa fameuse chaise de volupté qui lui permet, malgré son obésité de faire l’amour avec plusieurs femmes à la fois. Et il prend des bains de champagne Mumm. À sa façon, il attend stoïquement que sa mère lui cède le trône. 

Les détails "surprenants" de son inhumation

La reine Victoria meurt à Osborne sur l'île de Wight le 22 janvier 1901. Derrière les fastes militaires de ses funérailles, quelques détails surprennent. Elle est inhumée en robe blanche avec son voile de mariée, la robe de chambre et un moulage de la main de son époux Albert. 

Mais elle est aussi enterrée avec une mèche de cheveux et une photographie de John Brown, son domestique écossais à Balmoral et sans doute amant. Après la mort d'Albert, en 1861, la reine est inconsolable. John Brown s'occupe d'elle, conduit sa monture, l’accompagne partout et la sauve même d’un énième attentat. Alcoolique, frustre et peu soucieux de plaire, il déplaît en effet, ce dont Victoria n’a cure. Elle fait même paraître une biographie très louangeuse de Brown et certains suspectent un mariage secret. 

La plus puissante souveraine du monde occidental est restée une amoureuse éplorée et inconsolable, et le seul maître de son cœur, son "tout dans tout", a été Albert, dont la reine Victoria prononce une dernière fois le nom en expirant. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.