2 min de lecture langue française

Serpillière, châtaignier...Tous ces i que l'on oublie

Muriel Gilbert remonte jusqu'au Moyen Âge pour remettre les points sur le "i", trop souvent oubliés dans certains mots.

Un bonbon sur la langue - Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Serpillière, châtaignier...Tous ces i que l'on oublie Crédit Image : Pixnio/pics_pd | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert édité par Chloé Richard-Le Bris

Aujourd’hui, Muriel Gilbert nous parle d’une voyelle, le i, que parfois l’on oublie
 
Le i… J’adore cette voyelle, rigolote comme tout, avec son petit point en l’air, que d’ailleurs elle n’avait pas à la naissance, figurez-vous. On le lui a attribué au Moyen Âge (deux majuscules mais pas de trait d’union à Moyen Âge, petite révision en passant), donc on a eu cette brillante idée de mettre un point sur le i au Moyen Âge parce que, dans l’écriture manuelle, on avait tendance à le confondre avec d’autres lettres : un i sans point à côté d’un u, quand on écrit à la main… ça se confond !

Bref, voilà : un petit point, problème réglé. Pourtant le i cause encore des erreurs que je corrige fréquemment sous la plume des journalistes du Monde - mais eux, ils ont de la chance, ils ont une correctrice pour leur remettre les i d’aplomb. Et je suppose que, si les journalistes oublient ces i, les auditeurs de RTL doivent également se faire piéger parfois.

Les "i" qu'on n'entend pas

Donc allons-y ! Quels sont ces i que l’on oublie ? Eh bien ce sont des i qui ne s’entendent pas. Comme dans serpillière, par exemple… "J’entends bien un i dans serpillière !", me direz-vous. Vous en entendez un, mais il y en a deux. Un avant les deux L, un après. Et c’est le deuxième que tout le monde oublie. On pourrait presque prononcer "serpilière"… Mais l’usage veut qu’on prononce bien "serpiyère" !

C’est la même chose avec quincaillier. On oublie souvent le troisième i, qui vient après les deux L. Idem pour joaillier, un i avant les deux L, un i après. Bon, pour tous ces mots-là, la réforme de l’orthographe de 1990 est une fois de plus magnanime : elle vous permet d’oublier ces i qu’on n’entend pas, et ça en arrange plus d’un. 
 
Mais bien sûr, il y a des exemples où l’on n’a pas le choix… Dans le mot "châtaignier", par exemple, qui souffre lui aussi d’un oubli fréquent de son deuxième i : châtaignier (IGNIER).
C’est bizarre, parce que G + N, ça fait déjà "gne"… Et d’ailleurs "châtaigne" ne prend pas ce deuxième i ; c’est pour cela qu’il est bien compréhensible que quantité de gens l’oublient quand il s’agit d’écrire le nom de l’arbre.

Le suffixe "-ier" pour former le nom des arbres

À lire aussi
Un dictionnaire langue française
"For intérieur" et "belle lurette" : l'histoire derrière ces expressions

Même chose avec un autre végétal aux fruits délicieux : le groseillier. ILLIER. Pour ces mots, pas le choix, la réforme de l’orthographe n’est pas passée par là. En revanche, bonne nouvelle : il y a une raison logique à ce deuxième i, et dès que vous la connaîtrez, je vous promets que vous ne l’oublierez plus : "I.E.R" est le suffixe qui permet de former le nom des arbres, à partir du nom du fruit : pomme/pommIER, poire/poirIER, donc châtaigne/châtaignIER, groseille/groseillIER, etc.

Et il y a autre chose à ne pas oublier, c’est que j’attends tous les amis des mots du 94 et d’Île-de-France à 16 heures ce samedi 14 décembre, à la librairie Points communs de Villejuif pour une conférence sur les bonnes blagues de l’orthographe. C’est au métro Villejuif Paul Vaillant Couturier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
langue française Mots Orthographe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants