2 min de lecture langue française

Crac, boum, hue : petite histoire des onomatopées

Boum, paf, snif, crac, cot-cot… aujourd’hui, Muriel Gilbert nous parle de ces mots rigolos et pas toujours répertoriés dans les dictionnaires : les onomatopées.

Un bonbon sur la langue - Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Crac, boum, hue : petite histoire des onomatopées Crédit Image : Fred Dufour / AFP | Crédit Média : RTL/ Muriel Gilbert | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert édité par Louis Rigaudière

Aujourd’hui, amis des mots, je vous parle de ces mots rigolos et pas toujours répertoriés dans les dictionnaires : les onomatopées. L’onomatopée, du grec "onoma" (le mot) et "poïa"(fabrication), est selon Larousse.fr "le processus permettant la création de mots dont le signifiant [le son du mot en lui-même] est étroitement lié à la perception acoustique des sons".

Mais encore ? Eh bien, disons : boum, tictac, paf, snif, crac, pof, ouah-ouah, miaou, cot-cot, aïe, pschitt, areuh-areuh, gla-gla ou même prout ! Ce qui m’a donné l’idée de vous en parler, c’est une lettre informatique (pour ne pas dire une newsletter) passionnante à laquelle je suis abonnée et qui s’appelle "Sur le bout des langues". Cette lettre, qui a également le mérite d’être gratuite, est l’œuvre d’un journaliste de L’Express, Michel Feltin-Palas, passionné de mots et de langues, et défenseur de toutes les langues de France.

Il est aussi fan d’onomatopées, on dirait… en tout cas, il leur a consacré l’un des derniers numéros de sa lettre. Et il nous fait remarquer cette chose aussi curieuse que délicieuse : alors que les onomatopées sont censées reproduire le son qu’elles désignent (coin-coin, cot-cot-cot, boum, vlan !), elles sont souvent très différentes d’une langue à l’autre.

Des onomatopées différentes selon les régions

"Comment expliquer, s’étonne Michel Feltin-Palas, que coin-coin puisse donner vak vak en turc et bat'bat en arabe d'Algérie ? Ou que notre cocorico devienne chicchirichi en italien, kikeriki en allemand et cock-a-doodledo en anglais ?" Mais le plus étonnant, c’est qu’en français même, on trouve des onomatopées différentes, selon les régions et les époques. C’est ainsi qu’il fut un temps où les tirs d’artillerie faisaient "boudou" quand ils font "boum" aujourd’hui, et où les grenouilles faisaient "mouac" au lieu de "coa-coa".  

À lire aussi
Ségolène Royal polémique
Ségolène Royal croit citer Voltaire... à tort

En Belgique beurk se dit bêêk, tandis qu’en Suisse romande aïe se dit ayo – c’est bon à savoir avant de se lancer sur les pentes neigeuses helvétiques, par exemple. Et sans doute qu’il vous arrive aussi d’éternuer… Eh bien, si cela vous arrive au Québec, faites en sorte de dire apitchou au lieu d’atchoum. 

Ne dites plus "miam-miam"

Et, tant que vous serez dans la Belle Province, gardez-vous de vous exclamer miam-miam quand on vous servira une typique poutine ou un délicieux sandwich à la viande de caribou séchée. Dites mioum-mioum. Et si par mégarde vous faites tomber votre fourchette ne dites pas badaboum mais béding bédang.

Quant aux amis des mots qui restent en France, et notamment dans la belle région du Limousin (c’est le berceau de ma famille maternelle, vous me permettrez d’être un peu chauvine), je propose à 15 heures, à la Bibliothèque francophone de Limoges, une conférence sur les bonnes blagues de l’orthographe.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
langue française Orthographe Mots
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants