3 min de lecture Parti socialiste

Report du remaniement : Mélenchon, Wauquiez, "un peu de retenue !", tonne Alba Ventura

ÉDITO - Alba Ventura fustige l'opposition pour avoir dénoncé un "énième report du remaniement", pendant qu'Édouard Philippe se rendait dans l'Aude au chevet des victimes des inondations.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Report du remaniement : Mélenchon, Wauquiez, "un peu de retenue !", tonne Alba Ventura Crédit Image : CHRISTOPHE SIMON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Marie-Pierre Haddad

Après des inondations meurtrières, l'Aude commence, ce mardi 16 octobre, à panser ses plaies et à évaluer l'ampleur des dégâts, en surveillant avec anxiété les crues des cours d'eau. 

Le bilan, qui a fluctué tout au long de la journée de lundi est très lourd : au moins 11 personnes ont été tuées dans la nuit de dimanche à lundi à la suite de violents orages qui ont provoqué de graves inondations dans l'Aude. Les établissements scolaires seront fermés mardi et les transports scolaires suspendus dans tout le département. Lundi soir, plus de 1.500 foyers étaient privés d'électricité. Le département est placé depuis lundi 06 heures en vigilance rouge pour les crues. 

Édouard Philippe a fait le déplacement pour constater les importants dégâts, hier dans l'Aude. Et évidemment, le remaniement a été mis de côté. 

Spéculer sur un remaniement, c'est marcher sur la tête

Évidemment... Il aurait été parfaitement indécent de parler du remaniement hier. Je rappelle que, dès 7h30 du matin, la préfecture de l’Aude annonçait déjà 3 morts et compte tenu des témoignages et des images qui nous sont parvenus dans les heures qui ont suivies, ceux qui continuaient de spéculer sur un remaniement dans l’après-midi, marchaient sur la tête !

À lire aussi
Olivier Faure en janvier 2020 Gérald Darmanin
Violences policières : Darmanin "met le feu à peu près partout", dénonce Olivier Faure

Cela dit, on a quand même eu droit à la dépêche de l’Agence France Presse de 15h nous faisant savoir que l’Élysée indiquait que le remaniement ne serait pas annoncé lundi. Encore heureux ! Dans ce genre de catastrophe, ce que l’on attend de l’exécutif, c’est qu’il soit auprès des personnes qui souffrent et qu’il soit hyper réactif. 

Vous vous souvenez des inondations dans la Somme en 2001 ? Lionel Jospin, Premier ministre, était arrivé après la bataille. Ça avait provoqué une polémique nationale et lorsqu’il s’était rendu sur place au bout de quelques jours, je peux vous dire qu’il avait été fraîchement accueilli.

Respecter l'échelle des priorités

Donc, face à une telle actualité, il est normal de ne pas être au diapason de la politique et anormal de parler de "énième report" ou de "remaniement qui s’éternise". Il serait bon de respecter l’échelle des priorités parfois. 

Ce qui n'a pas empêché certains dans l'opposition de critiquer ? Quelle indécence ! Quand Jean-Luc Mélenchon se permet de dire sur Twitter en plein milieu d’après-midi : "Nouveau report !! ce n’est plus un remaniement, c’est un écroulement : celui de l’autorité du président". Il lui faut combien de mort à Jean-Luc Mélenchon pour justifier d’un report ?

De même, lorsqu’il explique que "le pays est en train de payer naturellement la conséquence de ceux qui n’ont rien prévu, ni en matière de dérèglement, ni en matière d’urbanisme, etc". Il n’a pas tort de dénoncer les défauts d’anticipation mais Jean-Luc Mélenchon, il fait de la politique depuis 100 ans, il a été ministre… et il a commencé à s’intéresser à l’écologie,  il y a 2 ou 3 ans à peine. Un peu de retenue !

Sans compter que, des inondations, il y en avait avant même le réchauffement climatique. Vous savez à Trèbes, les intempéries avaient causé la mort de 38 personnes en 1930. Ce qui ne veut pas dire que le dérèglement du climat n'accentue pas les précipitions. Bien sûr, ça aggrave le phénomène.

J’ai entendu les mêmes commentaires hier qu’il y a 26 ans. Alors un peu de sérieux !

Alba Ventura
Partager la citation

Autre remarque déplacée : Laurent Wauquiez, dont je ne crois pas avoir vu de communiqué personnel adressé aux victimes et aux secours. Il en a profité hier pour fustiger le désengagement de l’État, dans les infrastructures routières.

Laurent Wauquiez faisait sans doute référence au désengagement de l’État depuis de longues années, y compris lorsqu’il était au gouvernement sous Nicolas Sarkozy. Le même Nicolas Sarkozy qui, au passage, proposait de construire sur pilotis en zone inondable.
C’est fatiguant les donneurs de leçons !

Surtout quand l’histoire se répète… Vous savez, j’ai effectué mon premier stage de journaliste à Vaison-la-Romaine en 1992. C’était un épisode cévenol très violent. J’ai entendu les mêmes commentaires hier qu’il y a 26 ans sur l’entretien des berges, la taille des haies et l’urbanisme. Alors un peu de sérieux !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parti socialiste Olivier Faure Jean-Luc Mélenchon
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants