1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : pourquoi les politiques misent sur Twitch et Clubhouse
3 min de lecture

Présidentielle 2022 : pourquoi les politiques misent sur Twitch et Clubhouse

Twitch, Clubhouse... Les politiques s'invitent sur de nouvelles plateformes en ligne pour faire campagne et surtout parler aux jeunes.

Jean Castex et Samuel Étienne sur Twitch, le 14 mars 2021
Jean Castex et Samuel Étienne sur Twitch, le 14 mars 2021
Crédit : Capture d'écran Twitch
Présidentielle 2022 : pourquoi les politiques misent sur Twitch et Clubhouse
06:13
Présidentielle 2022 : pourquoi les politiques misent sur Twitch et Clubhouse
06:13
Jacques Serais

On n'est plus sur Facebook, c'est dépassé. Aujourd'hui, on est plus sur Twitch ou sur Clubhouse. C'est là que se ruent les politiques désormais. Même le Premier ministre. Dimanche soir, Jean Castex n'était ni à la radio, ni à la télé, ni même à son bureau de Matignon, mais sur Twitch. "C'est formidable, je ne connaissais pas. Je vous le dis, je l'avoue. Moi on me dit vous savez que j'ai un côté un peu vintage", a affirmé le Premier ministre, en direct du domicile du journaliste Samuel Etienne et devant un écran d'ordinateur.

Twitch, c'est quoi ? Une plateforme de vidéo en ligne en direct. Elle existe depuis 10 ans mais jusqu'à présent, c'était surtout les fans de jeux vidéo qui s'y connectaient. Quant à Clubhouse, c'est le petit dernier dont tout le monde parle, mais qui reste encore confidentiel. Pour y avoir accès, il faut être invité par l'un de vos contacts. Ici, pas d'images, juste du son. Une fois connecté à un groupe de discussion, cela ressemble à une vaste conversation téléphonique.

Dimanche, Marlène Schiappa était dans une room, comme on dit dans ce nouveau jargon. 45 minutes d'échanges avec 240 personnes, ce qui est très peu. Il y a de quoi s'interroger sur l'utilité pour une responsable politique de prendre de son temps pour aller parler à si peu de monde. Mais la ministre à la Citoyenneté se justifie : "Quand on veut parler aux gens on parle à plein de si peu de gens pour reprendre votre expression. Quand je suis allée rencontrer les 'gilets jaunes' en préfecture de Sarthe ils étaient douze ! Donc 240 personnes c'est déjà une belle salle pour un responsable politique", affirme-t-elle.

Pour la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, c'est une manière "d'avoir des capteurs". "Parce que quand vous avez un dialogue direct avec les gens et que les gens vous posent des questions sur tel ou tel sujet, c'est un faisceaux d'indice concordant pour comprendre que ce sujet est une préoccupation dans la population en ce moment et ça c'est important. Et en cette période avec les restrictions sanitaires ça remplace ce lien absolument nécessaire avec la population", argumente Marlène Schiappa.

Les politiques veulent parler aux jeunes

À lire aussi

Sur ces nouvelles plateformes, la stratégie des politiques est de parler aux jeunes, à travers eux, leurs parents, et cela quel que soit le bord politique. La France Insoumise a par exemple mis en ligne son propre réseau social "Action Populaire". Et le Rassemblement national a lancé le RN Podcast diffusé sur YouTube. Tous les partis, sans exception, s'y mettent.

C’est loin d'être un hasard pour Jean-François Launay, directeur de Shan, un cabinet de conseil en stratégie et communication. "La campagne présidentielle classique, sur le terrain avec des rassemblements, des meetings physiques est compromise et donc les réseaux sociaux prennent une importance encore plus forte que la fois d'avant. Et puis l'autre aspect, c'est que la communication électorale a besoin de se réinventer, le digital c'est l'innovation permanente. Ça n'est pas se rabaisser c'est s'adapter à son époque, s'adapter aux usages et donc s'adapter à ses électeurs. Finalement, ça réinvestit le champ des médias différemment et ça va participer à essayer de retisser du lien avec des gens qui étaient en rupture", expose Jean-François Launay.

Les influenceurs au cœur de la politique

Et au plus haut sommet de l'Etat, on l'a bien compris. Quand il n'est pas sur TikTok, Emmanuel Macron fait appel aux youtubeurs Mc Fly et Carlito. Gabriel Attal lui anime désormais une fois par mois sa propre émission. La dernière c'était avec des influenceurs, des anonymes devenus plus célèbres chez les jeunes. Il y avait notamment Fabian, un pro du maquillage sur TikTok ou encore Enjoy Phoenix encore plus connue. Sa carrière, elle l'a lancée grâce à une vidéo expliquant comment se faire des boucles dans les cheveux avec un lisseur.

C'est assurément moins risqué que les questions d'un journaliste chevronné, ce qui n'a d'ailleurs pas échappé à Enjoy Phoenix, l’influenceuse aux 3,6 millions d'abonnés. "Moi je ne suis pas journaliste, d'ailleurs je trouverais ça super que la prochaine fois il y ait un journaliste pour rétorquer parce que ce n'est pas mon métier !" L'écueil de cette multiplication des canaux est finalement de s'y perdre et que la parole politique devienne inaudible.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/