1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : les candidats LR draguent les centristes de l'UDI
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : les candidats LR draguent les centristes de l'UDI

DÉCRYPTAGE - L'UDI, fondée par Jean-Louis Borloo en 2012 et aujourd'hui présidée par Jean-Christophe Lagarde, va-t-elle soutenir l'un des candidats LR lors de leur congrès ? Oui.

Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Michel Barnier
Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Michel Barnier
Crédit : AFP
Les candidats LR au congrès draguent les centristes de l'UDI
03:16
Un air de campagne du 26 octobre 2021
03:16

Les Républicains sont en campagne pour leur congrès. Et si leurs partenaires de l'UDI (Union des démocrates et indépendants), avec qui la droite gouverne les collectivités locales, n'ont pas le droit d'y participer car le vote est réservé aux adhérents LR, les candidats draguent les centristes.

Les équipes des candidats LR n'hésitent ainsi pas à aller demander des parrainages aux élus UDI pour pouvoir concourir au congrès LR. Un élu est un élu. il arrive même que des candidats suggèrent aux militants UDI de prendre leur carte LR pour pouvoir voter en décembre. "C'est ridicule, persiffle un cadre centriste, ils n'avaient qu'à nous ouvrir le congrès". Un baron ironise "on est tricards, mais on devrait demander un tarif spécial pour adhérer juste une semaine".

L'UDI, fondé par Jean-Louis Borloo en 2012 et aujourd'hui présidé par Jean-Christophe Lagarde, va-t-il soutenir l'un des candidats ? Oui. Vous connaissez le caucus de l'Iowa ? Aux États-Unis, c'est ce petit État qui vote en premier et lance les primaires républicaines et démocrates. Et bien, l'UDI c'est l'Iowa : les centristes ils voteront en premier, le 27 novembre, et tous les candidats LR passeront une audition devant les centristes entre le 15 et le 24 novembre.

Bertrand et Pécresse devant Barnier puis Ciotti

Les centristes ont-ils déjà des favoris ? Là encore, c'est oui. Xavier Bertrand et Valérie Pécresse partent avec une longueur d'avance : ils ont beaucoup d'élus UDI dans leur majorité régionale respective, dans les Hauts-de-France et en Île-de-France,  avantage que n'a pas Michel Barnier. En outre, ce dernier "joue à De Gaulle, ce n'est pas trop notre culture", raille un élu. 

À écouter aussi

Éric Ciotti, lui, n'a pas trop la cote chez les centristes. Un cadre ironise : "à force de se droitiser, il va bientôt proposer la majorité pénale à six ans". Rien ne dit que le candidat choisi par les centristes sera ensuite le candidat de la droite : c'est LR qui aura le dernier mot. Pour en terminer avec la comparaison, l'Iowa ne choisit pas systématiquement le candidat républicain qui décroche au final l'investiture pour la présidentielle.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/