1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : comment la cause animale est-elle parvenue à s'imposer dans la campagne ?
5 min de lecture

Présidentielle 2022 : comment la cause animale est-elle parvenue à s'imposer dans la campagne ?

La cause animale est devenue une thématique de plus en plus récurrente jusqu'à s'être trouvée une place dans la sphère politique et occuper désormais un rôle majeur dans le choix du prochain président.

Animaux de compagnie (illustration)
Animaux de compagnie (illustration)
Marine Derquenne

En France, un foyer sur deux possède au moins un animal. La cause animale est donc devenue un sujet concernant, touchant de plus en plus les citoyens. Jusqu'à devenir un véritable sujet politique qui pourrait bien peser dans la campagne présidentielle de 2022. En effet, selon un sondage de l'Ifop en date du 23 février réalisé pour la Fondation Brigitte Bardot, 86% des Français veulent que les candidats se positionnent et annoncent des mesures pour améliorer la condition des animaux. 57% d'entre eux assurent que les propositions des candidats sur le bien-être animal pourraient influencer leur vote.

Les récentes vidéos de maltraitances animales avaient choqué la toile, comme notamment la vidéo du footballeur Kurt Zouma en train de maltraiter ses chats. Une autre vidéo choc publiée par l'Association L214 dans un élevage de poulets montrait 35.000 poussins répartis sur 1.200 mètres carrés dans un bâtiment sans fenêtres, une autre vidéo montraient un élevage de canards destinés au foie gras et les conditions déplorables dans lesquelles ces animaux vivaient. À la suite de ces vidéos, la maltraitance animale et leurs conditions de vie sont devenues des sujets qui préoccupent les Français. 

La cause animale s'est invitée en politique

Pendant son quinquennat, Emmanuel Macron a interdit le voyage des poussins et de la castration à vif des porcelets à partir de janvier 2022. Ces vidéos ont été un marqueur fort dans la "prise de conscience" des Français, d'après le député LaREM Loïc Dombreval dans Le Parisien. 

Sur le site internet de l'association L214, des notes sont attribuées à chaque candidats en fonction de leur application dans le domaine de la cause animale. Éric Zemmour est le moins bien noté avec une note de 0,1 étoile sur 5, derrière Jean LassalleMarine Le Pen et Valérie Pécresse. La candidate du parti animaliste arrive en tête, suivi par Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot. 

Il y aura un chapitre consacré au bien-être et à la maltraitance dans tous les programmes car c'est devenu un sujet politique incontestable.

Loïc Dombreval, dans Le Parisien

Pour la présidentielle 2022, le député LaREM Loïc Dombreval a estimé qu'il "y aura un chapitre consacré au bien-être et à la maltraitance dans tous les programmes car c'est devenu un sujet politique incontestable. Mais pour que les choses changent en profondeur, il faudrait désormais que la France s'inspire de nos voisins belges qui ont nommé un ministre en charge de la condition animale." Un ministère qui figure dans les programmes de la candidate du parti animaliste Hélène Thouy et de l'écologiste Yannick Jadot.

Jadot et Thouy veulent créer un "ministère de la condition animale"

À écouter aussi

La candidate investie par le parti animaliste, Helène Thouy, est ravie de voir ce sujet être au cœur des préoccupations des électeurs, elle qui met le bien-être animal au centre de son programme. Elle souhaite notamment mettre fin à l'élevage intensif, aux corridas, aux combats de coqs et aux delphinariums. Elle veut aussi créer un ministère de la condition animale et un code de la protection des animaux. 

Le candidat écologique Yannick Jadot veut lui aussi créer un ministère dédié à la condition animale. En supplément, il veut mettre en place un défenseur des droits de la nature et reconnaître les droits des animaux. Il veut interdire l’élevage en cage et les élevages d’animaux consacrés à la production de fourrure d’ici à 2025.

Hidalgo, Roussel, Mélenchon et Arthaud veulent revoir les conditions des filières de l'élevage

La candidate socialiste Anne Hidalgo veut lancer des "assises du bien-être animal" et réunir les filières d'élevage pour revoir les conditions de vie des animaux. Le leader insoumis Jean-Luc Mélenchon veut interdire les fermes-usines d'élevage intensif et les pratiques cruelles envers les animaux, telles que les "poules et lapins en batterie, broyage des poussins, ablation de la queue". S'il est élu, il promet de déterminer de nouvelles normes d'élevage, notamment en obligeant un accès à l'air libre ainsi qu'en imposant une densité et une surface minimale. Enfin, il écrit dans son programme qu'il souhaite interdire les pratiques de chasse et de "loisirs" cruelles pour les animaux, telles que les chasses à courre, combats de coqs et tous les spectacles qui incluraient des animaux sauvages.

Le candidat communiste Fabien Roussel veut empêcher le développement des élevages industriels et mettre fin aux "conditions indignes de transports et d'abattage des animaux", tel qu'il l'écrit. La candidate de la Lutte Ouvrière Nathalie Arthaud veut combattre l'élevage et l'abattage intensif. Elle veut également interdire la corrida et les combats de coqs.

Le Pen veut introduire la protection des animaux au sein de la Constitution

La candidate du Rassemblement national Marine Le Pen est elle aussi très attachée aux animaux. On lui connaît notamment "sa passion" pour l'élevage des chats. Lors de la campagne présidentielle de 2017, elle avait d'ailleurs annoncé qu'elle voulait faire de la protection animale sa priorité nationale à la 137e mesure de son programme de l'époque. Lundi 21 février, elle a affirmé au micro de RTL qu'elle souhaite une "refonte totale du droit des animaux". Elle a notamment annoncé qu'elle voudrait "introduire dans la Constitution la protection des animaux". 

Le volte-face de Zemmour sur sa position sur les animaux

Le candidat de Reconquête Éric Zemmour n'a pas encore dévoilé son programme sur cette thématique, mais il avait confié en 2014 sur iTélé "je vais faire hurler. Je ne déteste pas les animaux mais je suis indifférent à la cause animale". Il a toutefois écrit sur Twitter il y a quelques jours que "je n'opposerai jamais nos traditions au lieu merveilleux entre l'homme et l'animal. [...] je combats la maltraitance animale et je serai toujours du côté des amoureux de la nature."

Un message contesté par le journaliste Hugo Clément, qui a répondu que Zemmour soutenait la maltraitance animale, tout en soutenant aussi "les delphinarium, la chasse à courre, la corrida, l’élevage intensif, le gavage des canards, les fauves dans les cirques".

Asselineau et Dupont-Aignan ont des mesures pour lutter contre la maltraitance animale

Le candidat du Frexit, François Asselineau, veut interdire les élevages en batterie et industriels. Il promet aussi d'aggraver les peines encourues par les auteurs de maltraitance animale. Quant au candidat de Debout La France Nicolas Dupont-Aignan, il veut créer un fonds national d’aide aux associations de protection animale qui sera financé par une taxe sur les importations d'animaux.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/