1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : après le soutien de Woerth à Macron, Pécresse est-elle touchée-coulée ?
3 min de lecture

Présidentielle 2022 : après le soutien de Woerth à Macron, Pécresse est-elle touchée-coulée ?

DÉCRYPTAGE - Sondages décevants, soutien d'Éric Woerth à Emmanuel Macron, silence de Nicolas Sarkozy... La candidate Les Républicains traverse une période agitée.

Valérie Pécresse, le 8 février 2022
Valérie Pécresse, le 8 février 2022
Crédit : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad & Thomas Despré

Foudroyée sur place ? À trois jours de son premier grand meeting parisien, Valérie Pécresse doit affronter des secousses, déclenchées par le soutien d'Éric Woerth à Emmanuel Macron. L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy n'y est pas allé par quatre chemins dans les colonnes du Parisien pour déstabiliser la candidate de son parti. "Je n'adhère pas au discours de LR", fustige celui qui décrit une France "recroquevillée sur elle-même"

Cette annonce intervient dans une période délicate pour la candidate des Républicains. Faux plat dans les sondages, incarnation, dynamique ralentie... Valérie Pécresse ne parvient pas à percer dans les sondages et à s'imposer comme l'alternative à Emmanuel Macron

Malgré l'argument du vote utile martelé par ses proches, la candidate n'a, pour l'instant, pas creusé l'écart avec Marine Le Pen dans les sondages. Elle est aussi talonnée par Éric Zemmour si l'on observe les intentions de vote.

Un non-événement, version pile

Dans le clan Pécresse, la nouvelle passe mal. "Le timing signe le crime", selon Vincent Jeanbrun, membre du comité stratégique de la candidate. "Le faire à ce moment-là montre que tout cela est commandité par la macronie et qu'il est en mission commandée", a-t-il ajouté.

À lire aussi

Pour le directeur de campagne de Valérie Pécresse, Patrick Stefanini, "cela fait longtemps qu'Éric Woerth avait pris du recul". "Chacun choisit son timing et par rapport à la dynamique de campagne, je crois que cela n'a pas beaucoup d'importance", estime celui qui quelques jours plus tôt reconnaissait "un faux plat". 

À la tête du comité de soutien de Valérie Pécresse, Gérard Larcher a partagé "sa déception" après le soutien d'Éric Woerth à Emmanuel Macron. "C'est un moment d'étonnement parce que je me souviens de ce qu'il disait sur le budget 2020 que présentait le gouvernement et le président de la République, sur la dépense publique. J'avoue que je ne comprends pas très bien", a-t-il conclu.

De vives inquiétudes, version face

Si la garde rapprochée de Valérie Pécresse tente de faire du ralliement d'Éric Woerth à Emmanuel Macron un non-événement, la candidate a adressé un message à ses soutiens. "Je vous demande de rester impassibles face aux débauchages individuels. Nous, notre méthode, ce n'est pas les débauchages, c'est un travail de conviction", a-t-elle déclaré lors d'une réunion de son comité de soutien. 

Une fois les micros éloignés, les langues se délient. C'est notamment le cas pour ce député Les Républicains. "On fait une campagne de vieux technos. La campagne est très mauvaise, c'est un miracle que l'on reste à 15%", s'agace-t-il. Un autre élu enfonce la candidate. "Le problème avec Valérie Pécresse, c'est qu'on est plombier alors qu'on devrait être architecte, tacle-t-il. Dans une campagne, on ne peut pas être dans la nuance. On n'arrive pas à avoir une proposition forte dans chaque thème".

Derrière Woerth, le spectre de Sarkozy

Des critiques aussi formulées par le parrain de la droite, Nicolas Sarkozy. L'ancien président n'a toujours pas appelé à voter pour la candidate. Selon Le Figaro, ce soutien n'est pas prêt d'être formulé et le silence se fera de plus en plus pesant. "Valérie part dans tous les sens. Déjà, si, dans une campagne, tu arrives à imprimer une ou deux idées, c’est un miracle ! Il faut marteler en permanence. En 2007, on parlait de Sarko matin, midi et soir. Mais là, qui parle de Valérie Pécresse ? Elle est inexistante", tacle-t-il auprès du journal.

Un proche confirme que "Nicolas Sarkozy n'est pas emballé par Valérie Pécresse, ce n'est pas un secret. Il respecte la force, il faut qu'elle fasse de beaux meetings, des propositions qui infusent et traite Nicolas Sarkozy, conseille-t-il. C'est comme ça qu'il la respectera". Et d'ajouter : "À droite, il y a plusieurs erreurs à ne pas faire : se mettre à dos Rachida Dati et ne pas traiter Nicolas Sarkozy". 

Patrick Stefanini a déclenché les foudres de la maire LR du VIIème arrondissement de Paris. Et Valérie Pécresse n'arrive pas à communiquer avec l'ancien président de la République.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/