1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse face à l'argument piégeux du vote utile
4 min de lecture

Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse face à l'argument piégeux du vote utile

DÉCRYPTAGE - Dans la foulée de sa victoire au congrès LR, Valérie Pécresse s'est posée comme la seule en capacité à battre Emmanuel Macron. L'argument du vote utile l'empêche-t-elle de se démarquer des autres candidats dans cette campagne ?

Valérie Pécresse à Ghisoni (Corse) le 3 février 2022
Valérie Pécresse à Ghisoni (Corse) le 3 février 2022
Crédit : PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Marie-Pierre Haddad

S'il y a bien une règle sur laquelle s'accorde la classe politique, c'est la suivante : au premier tour d'une présidentielle, on vote pour. Au second tour, on vote contre. Pour cette élection, l'argument du vote utile, habituellement réservé à l'entre-deux-tours, fait déjà son apparition. La principale concernée : Valérie Pécresse. 

Dès les premiers jours de sa campagne, la candidate Les Républicains a voulu instaurer un match face à Emmanuel Macron. C'est pourquoi elle a affirmé à plusieurs reprises être en capacité de battre Emmanuel Macron. Si et seulement si elle accède au second tour. 

C'est là toute la subtilité de la stratégie mise en place par Valérie Pécresse : mener à la fois une bataille de premier et de second tour. Dans les faits, la campagne de la candidate patine. Obligeant son directeur de campagne, Patrick Stefanini, à en faire l'aveu sur BFMTV en reconnaissant "une période de faux plat dans les sondages"

"Le challenge pour Pécresse est de passer le premier tour"

Un ténor LR, régulièrement en contact avec la candidate, assure qu'elle est "très lucide". "Elle n'est pas du tout dans le déni. Le challenge pour elle est de passer le premier tour", ajoute-t-il. L'alerte générale est déclenchée : "Valérie Pécresse est bien consciente que le premier tour n'est pas acquis", affirme là encore un proche de la candidate. 

À lire aussi

Mais alors comment faire pour passer le cap du premier tour ? L'argument selon lequel Valérie Pécresse serait en meilleure place pour battre Emmanuel Macron ne suffirait plus et ne peut pas remplacer l'incarnation. Dans les colonnes du FigaroRachida Dati donne des pistes de réflexion sur la stratégie à adopter. "Valérie Pécresse doit convaincre de sa détermination à améliorer la vie des Français, à réduire les inégalités et à être sans concession avec tous les ennemis de la République. Que Marine Le Pen ou Éric Zemmour puissent parler des préoccupations des Français, sans doute, mais leurs réponses ne sont ni réalistes ni réalisables", a-t-elle déclaré le 2 février dernier.

Valérie Pécresse doit fendre l'armure

"La clé de toute campagne présidentielle, selon la maire LR du VIIe arrondissement de Paris, est de savoir comment vous emportez l’adhésion d’une grande majorité de Français. Or vous n’y parvenez pas avec des mesures techniques, des petites phrases ou des débauchages".

Un conseiller résume l'enjeu : "C'est du billard maintenant, on entre dans une période de consolidation politique". Solution trouvée pour résoudre cette difficulté : elle doit "fendre l'armure", à en croire plusieurs de ses conseillers. Tous les yeux sont ainsi tournés sur le meeting parisien du 13 février. Ca passe ou ça casse, résume-t-on au sein de son équipe. L'autre difficulté réside aussi dans le fait que l'entourage de la candidate est dans l'attente de l'annonce officielle de la candidature d'Emmanuel Macron pour affiner sa stratégie. 

Ciblée par Zemmour, Le Pen et la macronie

L'argument du vote utile, dégainé trop tôt, peut-il freiner son accession au second tour ? Dans les sondages, la candidate LR obtient le même pourcentage que Marine Le Pen. Seule exception avec l'enquête d'opinions Ipsos pour Le Parisien et France info : la présidente de la région Île-de-France y est créditée de 16% des intentions de vote, devant Marine Le Pen et Éric Zemmour à 14%. 

La stratégie du vote utile est en train d'être détournée par ses opposants politiques. Cela en fait une adversaire de taille pour Éric Zemmour qui concentre ses attaques contre elleVoter Valérie Pécresse, c'est "un vote inutile", l'assimilant à "un clone de Macron", a taclé le porte-parole du candidat Reconquête Guillaume Peltier lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI. Au Rassemblement national, on mise aussi sur les points de rapprochement entre Emmanuel Macron et Valérie Pécresse. "Bon courage si vous arrivez à me trouver trois différences" entre eux, attaque Jordan Bardella sur BFMTV.

Du côté de l'exécutif, un ministre observe, sur un ton critique, la campagne de la candidate Les Républicains. "Elle essaye de vendre deux lignes : elle est dans une baston pour être devant Marine Le Pen et Éric Zemmour. Elle ne peut pas performer, elle n'a pas de ligne", assassine-t-il. Un conseiller ministériel ne mâche pas ses mots et juge "débile de faire une campagne en ne l'axant uniquement que sur sa capacité à battre Emmanuel Macron". 

L'ancien membre des Républicains et ministre de l'Intérieur d'Emmanuel Macron, Gérald Darmanin, a quant à lui indiqué sur France inter que "Mme Pécresse, M. Zemmour et Mme Le Pen" sont "des candidats du passé" et à mettre "dans le même panier". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/