2 min de lecture Coronavirus France

Port du masque : "Une contrainte raisonnable", selon Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a estimé vendredi 28 août que le port du masque était "une contrainte raisonnable que nous devons accepter pendant un temps".

Emmanuel Macron lors d'une visite d'un laboratoire pharmaceutique à Villeneuve-la-Garenne
Emmanuel Macron lors d'une visite d'un laboratoire pharmaceutique à Villeneuve-la-Garenne Crédit : CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
William Vuillez
William Vuillez
et AFP

Le port du masque se généralise partout en France, non seulement en lieu clos, mais aussi en extérieur. Mesure sanitaire principale pour limiter l'épidémie de coronavirus, ce port du masque est "une contrainte raisonnable que nous devons accepter pendant un temps", a estimé Emmanuel Macron ce vendredi 28 août. Le président de la République a également appelé à améliorer la coopération européenne en matière de lutte contre le coronavirus.

Il s'agit "d'apprendre à vivre avec le virus", a-t-il déclaré à la presse, lors de la visite d'un laboratoire pharmaceutique à Villeneuve-la-Garenne. "Comme vous, je n'aime pas porter un masque (...) c'est gênant, c'est pénible", a-t-il reconnu, citant encore les "gestes barrières", qui "ne sont pas naturels dans nos habitudes".

"Je pense que c'est une contrainte qui est raisonnable, que nous devons accepter pendant un temps, parce qu'elle permet de ralentir la circulation de ce virus et justement, elle permet à l'activité économique de repartir dans de bonnes conditions", a ajouté le chef de l'État.

"Aucun sens de fermer les frontières"

"La pire des choses ce serait d'être dans le relâchement aujourd'hui pour laisser le virus circuler plus rapidement, ce qui nous conduirait immanquablement à des reconfinements et donc des arrêts d'activité", a-t-il souligné. Le président de la République a ensuite été interrogé sur les restrictions de voyage en France, faites par la Grande-Bretagne, la Belgique ou l'Allemagne.

À lire aussi
Un télésiège à Avoriaz (Haute-Savoie). confinement
Vacances de Noël : où pourra-t-on skier en Europe et sous quelles conditions ?

"Ça n'a aucun sens de fermer les frontières entre deux pays quand il y a (...) des zones de circulation active (du virus, ndlr) qui sont bien identifiées. Il faut plutôt avoir une méthodologie commune pour définir ces zones de circulation active et pour les traiter au sein de chaque pays", a-t-il insisté.

Pour le chef de l'État, "on a encore des progrès à faire pour améliorer la coordination". "Nous allons oeuvrer dans les prochains jours pour justement avancer sur ce point", a-t-il ajouté, appelant à ne pas répéter "les erreurs du mois de mars sur ce sujet". "C'est contre-productif et c'est surtout inefficace dans la lutte contre le virus et sa propagation".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants