2 min de lecture Justice

Perquisitions au gouvernement, une "judiciarisation" du pouvoir ?

INVITÉS RTL - Guillaume Roquette, du "Figaro Magazine", et Nicolas Domenach, de "Challenges", reviennent sur les perquisitions au sein du gouvernement.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
Perquisitions au gouvernement, une "judiciarisation" du pouvoir ? Crédit Image : INA FASSBENDER / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Coline Daclin

Le gouvernement est mis en cause dans sa gestion de la crise sanitaire. Plusieurs de ces actuels ou anciens membres, Olivier Véran, Édouard Philippe, Agnès Buzyn et Sibeth Ndiaye, ont vu leur domicile perquisitionné jeudi 15 octobre. 

En tout, 90 plaintes mettent en cause l'État, et 9 ont été jugées recevables. Pour Guillaume Roquette, directeur de la rédaction du Figaro Magazine, on peut reprocher aux ministres certaines choses, comme le fait "de ne pas avoir fait de stocks de masques suffisants", mais "la vérité est que personne ne pouvait prévoir cette épidémie". 

Il se dit "choqué" par le moment choisi par la Justice pour mener ces perquisitions : au lendemain d'une prise de parole présidentielle, et quelques heures avant que le gouvernement ne fasse une conférence de presse pour développer les mesures. Au sujet du ministre de la Santé, Olivier Véran, il déclare : "Si on avait voulu casser sa crédibilité, on ne s'y serrait pas pris autrement".

Guillaume Roquette voit même dans ces perquisitions "un réflexe corporatiste" des juges contre le gouvernement, lié à la colère de certains magistrats contre leur ministre, Éric Dupond-Moretti.

Un "gouvernement des juges" ?

À lire aussi
Symbole de la justice (illustration) justice
Pau : prison avec sursis pour deux policiers coupables de violences sur mineur

De son côté, Nicolas Domenach, chroniqueur politique à l'hebdomadaire Challenges, regrette une "judiciarisation [qui] empoisonne la décision politique depuis des mois", alors que la politique est déjà "frappée de suspicion". Il craint qu'entre la pression des médias, celle des électeurs, et désormais celle des juges, les membres du gouvernement ne soient "encore plus rabougris dans leurs décisions et prises d'initiatives".

Il assure que ce sont "les électeurs qui doivent trancher" dans ces situations, même s'il y a eu selon lui des "défaillances certaines".

Pour autant, Nicolas Domenach ne parle pas comme Guillaume Roquette de "gouvernement des juges", dans lequel les magistrats ne chercheraient plus à faire respecter les lois, mais à "juger en opportunité". Lui y voit un "mouvement de balancier". "Les juges disent aux politiques : 'vous nous avez piétinés, nous allons vous montrer que la justice peut s'appliquer à vous aussi'", soutient-il.

Au sujet de la tenue des élections régionales, le directeur du Figaro Magazine pense que "la solution la plus plausible" est un report, de manière à éviter les contaminations mais aussi une nouvelle légitimation des adversaires de La République En Marche. Pour Nicolas Domenach, de Challenges, c'est à ce moment-là qu'on va "mesurer à quel point le virus est devenu le maitre des horloges".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Gouvernement Olivier Véran
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants