3 min de lecture Élections municipales

Municipales à Paris : "Il y a un moment Dati dans cette campagne", note Pauline De Saint-Rémy

ÉDITO - La donne a-t-elle réellement changé dans la capitale avec l’entrée en campagne d’Agnès Buzyn ? Rien n’est moins sûr. Il n’y a qu’une chose qui est incontestable pour l’instant : c’est la dynamique qui existe en faveur de Rachida Dati.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Municipales à Paris : "Il y a un moment Dati dans cette campagne", selon Pauline De Saint-Rémy Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Venantia Petillault

À la surprise générale, il y a "un moment Dati" dans cette campagne. Pas moins de trois sondages l’ont montré ces deux derniers jours. Dans celui d'Odoxa, la candidate LR vire même pour la première fois en tête des intentions de vote, devant Anne Hidalgo, à 25%. Dans celui d'Ipsos, elle gagne 6 points de bonnes opinions en un mois, à 41%. 


D’ailleurs, il n’y a pas que les bons sondages. Il y a aussi ces petits signes d’une campagne qui roule. Toutes ces petites choses qui viennent en général avec le succès. La bienveillance inhabituelle - il faut bien le dire - dont elle fait l’objet de la part de certains barons de la droite. Ou encore les Unes flatteuses que la presse lui consacre, et qui font dire même à ses adversaires que c'est une "rock star". Et puis le succès immédiat sur les réseaux sociaux des punchlines dont elle a le secret. 

Anne Hidalgo, une alliée précieuse

Cela peut paraître étrange, mais que ce soit chez LR ou à l’Hôtel de Ville, les entourages le reconnaissent volontiers. Entre la maire sortante et Rachida Dati, il y a comme un effet miroir, une parfaite symétrie, qui les sert mutuellementL'ex ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy et la socialiste Anne Hidalgo ont en commun la notoriété et le fait d’être particulièrement "clivante". Dit autrement : on les adore, ou on les déteste. Leur positionnement politique, pour l’une comme pour l’autre, est une évidence. 

Elles font campagne sans même avoir besoin de l’évoquer. Elles incarnent naturellement les deux pôles de l’offre politique parisienne. Par exemple, fin janvier, Rachida Dati était l’invitée du Grand Jury de RTL. Et elle a canardé sur l’un de ses sujets préférés. "Avec Anne Hidalgo on se réveille un matin et on découvre qu’on une piste cyclable en bas de chez soi !" Et voilà comme le dialogue de cette campagne s’est installé petit à petit entre elles deux. Rendant la tâche difficile pour Benjamin Griveaux,englué bien avant même son affaire dans un positionnement "en même temps", forcément moins accrocheur… L'avenir dira si Agnès Buzyn a les moyens de perturber ce pas de deux. 

À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon, invité du Grand Jury RTL, le 5 avril 2020 La France insoumise
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon "ne fait plus confiance" au gouvernement


Ajoutez à cela que Rachida Dati et Anne Hidalgo se vouent une estime mutuelle dans la vie. Au point qu’il est déjà arrivé que la première passe un coup de fil au cabinet de la seconde pour s’excuser, sans vraiment le dire, d’avoir "tapé" la maire, dans une interview. Au point encore qu’elles se soient échangé quelques mots par téléphone en plein cœur de l’affaire Griveaux. Entre elles la règle est simple : pas de coup bas, que des coups en face. 

Une dynamique positive

Ces sondages traduisent qu’il y a une dynamique positive. Mais certainement pas que Rachida Dati peut l’emporter. À Paris l’élection est indirecte. En fait il y a 17 élections d’arrondissements, qui permettent d’élire en tout 163 conseillers. Ce sont eux qui désignent le maire. C’est ce qu’on appelle le troisième tour. Et donc pour l’emporter il faut être choisi par 82 conseillers au moins. 


Ce qui fait que pour que Rachida Dati qui, contrairement à Anne Hidalgo, ne dispose pas de la grosse réserve de voix écolos pour le second tour, ait une chance, il faudrait d’abord que la droite conserve tous les arrondissements qu’elle avaient gagnés en 2014. Ce qui en soi n’est pas rien. Et ensuite qu’elle arrache deux gros arrondissements, le 12e et le 14e, par exemple. Bref, pour citer un stratège du parti, il faudrait un "alignement de planètes" assez extraordinaire. Il reste trois semaines de campagne avant le premier tour. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales Rachida Dati Anne Hidalgo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants