1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Benjamin Griveaux : le récit des heures précédant son abandon
1 min de lecture

Benjamin Griveaux : le récit des heures précédant son abandon

Le candidat Benjamin Griveaux et son équipe étaient au courant de l'existence des vidéos lorsque le député a présenté son programme.

Benjamin Griveaux, le 11 juillet 2019
Benjamin Griveaux, le 11 juillet 2019
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Abandon de Griveaux : le récit des heures précédant son abandon
04:33
La revue de presse du 20 février 2020
04:33
Amandine Bégot - édité par Esther Serrajordia

L'hebdomadaire Paris Match fait cette semaine sa une sur l'affaire Griveaux et ces photos de l'arrestation de Piotr Pavlenski. Une interpellation pour le moins musclée puisque l'on voit l'activiste russe plaqué au sol et menotté en pleine rue. C'était samedi 15 février en fin d'après-midi à Paris. Lui et sa compagne sortaient tout juste d'un hôtel du 16e arrondissement. 

En pages intérieures, le portrait de ces "diaboliques" qui ont fait chuter Benjamin Griveaux et le récit des dernières heures de campagne de celui qui, il y a tout juste une semaine, présentait encore son programme pour Paris. 

Une anecdote a retenu ce matin mon attention. Ça se passe justement jeudi 13 février. Le candidat et son équipe sont au courant de l'existence des vidéos. La veille au soir, Benjamin Griveaux  a d’ailleurs tout de suite dit à ses proches que c'était bien les siennes. Il n'a pas encore décidé s'il maintenait ou non sa candidature, et présente donc son programme. Dans la salle, aucun journaliste présent ce matin là n'est visiblement au courant, aucune question en tout cas ne lui est posée mais en montant sur l'estrade sourire crispé, Benjamin Griveaux blêmit brusquement. Rien à voir avec les vidéos, non, sans que personne ne s'en rende compte, la couture de son pantalon vient de craquer. 

À peine croyable, digne d'un film, qui plus est quand on connait la suite. Le voilà condamné à se tenir bien droit explique Paris Match, sans se retourner vers ses colistiers sous peine de montrer ses fesses. "La scoumoune", écrit le journal. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/