2 min de lecture Coronavirus

Les infos de 7h30 - Coronavirus : le cri d'alarme d'un chauffeur routier

TÉMOIGNAGE - Face à l'épidémie de coronavirus, les chauffeurs routiers rencontrent de plus en plus de problèmes pour approvisionner les supermarchés. "C'est inacceptable", dénonce l'un d'eux.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Le journal de 07h30 du 19 mars 2020 Crédit Image : AFP / Philippe Huguen | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
795_micro-rtl-illustration générique
Aude Vernuccio édité par Bastien Hauguel

Le témoignage, celui d'un patron routier, est poignant. C'est une illustration concrète des problèmes rencontrés dans l'approvisionnement des supermarchés. Chaque jour, ils sillonnent la France pour vous, même s'ils jouent avec leur santé. Mais l'organisation ne suit pas. Comment s'adapter ? Où arrêter son camion ? Où dormir ? Francis, patron d'une entreprise à Sarreguemines, en Moselle, va devoir cesser son activité. 

"C'est le dernier camion que je livre aujourd'hui. (...) On ne sait pas où on va. J'ai livré en Bretagne, on m'a proposé de me laver dans une baignoire parce que j'arrivais du Grand Est. C'était de l'humour, mais je suis dégoûté", confie le routier, ému aux larmes. "Même les parkings des restaurants sont fermés par des bidons avec des fils. On ne peut pas s'arrêter faire nos coupures. (...) Hier, j'ai dû trouver refuge chez un petit transporteur, qui m'a proposé sa douche et ses sanitaires. C'est inacceptable."

À écouter également dans ce journal

Santé - Le gouvernement a promis des stocks d'urgence de masques mais le compte n'y est pas, et certains cartons ont été volés hier pendant le transport. A Marseille, un trafic a même été démantelé dans une pharmacie du centre-ville. Le nombre de cas et de décès continue, lui, d'augmenter (89 morts de plus en 24 heures). François Blanchecotte, président du centre national des professions de santé, pousse un cri de colère.

Confinement - La police l'avait prévenu, la tolérance zéro est désormais appliquée pour ceux qui ne resteraient pas à leur domicile. Plus de 4.000 amendes ont été infligées hier pour non-respect du confinement. Pour le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, il ne s'agit pas de faire du chiffre, mais bien de "sauver des vies".

À lire aussi
Philippe Juvin, chef des urgences de l'hôpital Georges Pompidou coronavirus
Reconfinement : Juvin alerte sur "une crise de confiance" et une éventuelle "désobéissance"

État d'urgence - Un plan pour organiser la société et la continuité de la vie démocratique, prendre des mesures urgentes par ordonnances, restreindre les libertés si nécessaires par décret,... "L'état d'urgence sanitaire" doit être adopté cet après-midi dans l'hémicycle. Certains élus dénoncent toutefois plusieurs "incohérences"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Consommation Confinement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants