1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Inceste : la réaction politique toujours trop lente ?
3 min de lecture

Inceste : la réaction politique toujours trop lente ?

ÉDITO - L'affaire Olivier Duhamel a engendré une libération de la parole sur l'inceste, de quoi peut-être forcer les politiques à avancer plus vite.

Une manifestation contre l'inceste
Une manifestation contre l'inceste
Crédit : uneassociationparjour.com
Face à l'inceste, une réaction politique toujours trop lente ?
03:28
Face à l'inceste, une réaction politique toujours trop lente ?
03:28
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
Journaliste

Le livre de Camille Kouchner La Familia Grande, sur les faits incestueux subis par son frère, a provoqué des dizaines de milliers de témoignages sur les réseaux sociaux ce week-end. Cela va-t-il pousser les politiques à réagir ?

Les témoignages que nous avons lus ce week-end commencent souvent par la même phrase : "J’avais 5 ans…", "j’avais 8 ans…", "j’avais 14 ans…". "Mon père…", "mon oncle…", "mon frère…", "venait dans ma chambre…". Ce déferlement de témoignages vient confirmer un constat déjà établi. Une personne sur 10 au moins, selon plusieurs études, a été victime de violences sexuelles dans son enfance8 fois sur 10 dans la sphère familiale, et dans l’écrasante majorité des cas par des hommes.

Cette libération de la parole est une "bonne nouvelle" pour les victimes qui ont besoin de se reconstruire. Pour aider les autres victimes à parler. Et pour les politiques, pour qu’ils puissent agir plus rapidement sur ce sujet ultra-tabou.

Quid de l'âge du consentement ?

On ne peut pas dire que rien n’a été fait contre l’inceste et contre la pédophilie. Mais c’est lent, très lent. Les relations sexuelles dans une famille étaient déjà pénalement répréhensibles, mais il a fallu attendre 2016, il y a 4 ans, pour que le mot 'inceste' figure dans le Code pénal. On lutte contre un fléau quand on le nomme.

À lire aussi

En 2018 la prescription, le délai pendant lequel une plainte peut être instruite pour viol sur un mineur, a été portée à 30 ans au lieu de 20. Des associations demandent d’allonger encore ce délai. 

En revanche, et c’est une question qui est reposée aujourd’hui, le gouvernement en 2018 avait refusé de fixer un seuil où il ne peut pas y avoir de consentement de la part des enfants pour une relation sexuelle. 15 ans ? 13 ans ? La question reste posée. Dans un entretien au HuffPost ce week-end, Adrien Taquet le secrétaire d’État chargé de la Protection de l’enfance, a dit : "Si on décide de bouger, il faudra une loi".

Dimanche 17 janvier soir sur TF1, Brigitte Macron a dit appeler de ses vœux une réforme judiciaire. Encore une fois, la libération de la parole pousse les politiques à accélérer.

Le gouvernement pris de vitesse, encore une fois ?

"Encore une fois", cela me rappelle un peu le Grenelle des violences faites aux femmes. Le constat était là, les solutions aussi, mais Marlène Schiappa voulait faire un barnum et en porter le résultat. Pris de vitesse, le gouvernement avait dû soutenir avant la fin du Grenelle une proposition de loi du député Les Républicains Aurélien Pradié. Il a permis notamment la généralisation du bracelet électronique pour éloigner les conjoints violents.

Là pour l’inceste, le gouvernement vient de lancer il y a un mois une commission. Une commission qui doit travailler pendant 2 ans ! Une députée de La République en marche, Alexandra Louis, a pourtant fait plus de 70 propositions dans un rapport remis récemment au gouvernement. Et les oppositions, elles, ont déjà des textes prêts à être adoptés.

Une loi portée par une sénatrice centriste, Annick Billon, est en discussion ce vendredi. Dans un mois, une loi proposée par la députée socialiste Isabelle Santiago sera présentée à l’Assemblée nationale. Pour l’instant, le gouvernement par la voix de Marlène Schiappa a dit dimanche sur LCI vouloir encore trouver "la bonne méthode". À moins que la libération de la parole pousse le gouvernement à agir plus vite.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/