7 min de lecture Débat

Grand débat national : Emmanuel Macron échange pendant plus de 6h avec 600 maires

VIDÉOS - Le président de la République a lancé le grand débat national en appelant à un dialogue sans "tabou" face à des maires inquiets qui ont témoigné des "fractures" françaises.

Emmanuel Macron, lors du lancement du grand débat national le 15 janvier 2019
Emmanuel Macron, lors du lancement du grand débat national le 15 janvier 2019 Crédit : Ludovic MARIN / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Emmanuel Macron a effectué, ce mardi 15 janvier, une visite surprise à Gasny, une commune de l'Eure où il a participé au conseil municipal, quelques heures avant le lancement du grand débat à Grand Bourgtheroulde avec plus de 600 maires. 

À cette occasion, le chef de l'État s'est justifié d'avoir mis la laïcité au menu du grand débat "parce que c'est (...) une vraie préoccupation pour beaucoup de nos concitoyens". Il a ainsi dit vouloir "renforcer les principes" de la laïcité, dans l'optique de la future réforme de la loi de 1905. "Je crois qu'on peut porter une vraie réforme ambitieuse", a-t-il également affirmé. 

Cette première sortie du président de la République en région depuis un mois se déroule sous haute sécurité, alors que des "gilets jaunes" et des syndicats ont appelé à manifester sur place. Toute manifestation est interdite sur la commune jusqu'à mercredi. À Rouen, à une trentaine de kilomètres de là, plus de 2.500 "gilets jaunes" ont défilé samedi dans le centre-ville, une mobilisation qui a donné lieu à des affrontements avec les forces de l'ordre et des agressions de journalistes

À lire aussi
Brexit: mobilisation massive à Londres pour réclamer un second référendum Royaume-Uni
VIDÉO - Brexit : elle milite nue pour montrer que le Royaume-Uni va se retrouver "à poil"

Le grand débat doit durer deux mois autour de quatre thèmes principaux (fiscalité et dépenses publiques, organisation des services publics, transition écologique, démocratie et citoyenneté).

Le marathon d'Emmanuel Macron face à 653 maires
Le marathon d'Emmanuel Macron face à 653 maires

Revivez le lancement du grand débat

22h18 - Merci d'avoir suivi le lancement du grand débat national sur RTL.fr

22h - Après plus de 6 heures d'échange avec les 600 maires présents, le président de la République fait tomber la chemise. 

20h54 - Emmanuel Macron ne cache pas ses réserve sur le référendum d’initiative citoyenne : "On ne doit pas créer une situation de concurrence entre les formes de démocratie" directe et représentative, a déclaré le chef de l’État.

20h26 - Offensif, mordant, ancré sur ses réformes, hormis une ouverture sur la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, Emmanuel Macron a passé 5 heures à écouter et échanger avec 600 maires. "Nous pouvons faire du moment que traverse la France une chance", a souhaité le président devant les maires rassemblés dans le gymnase de Grand Bourgtheroulde.

20h10 - Le chef de l'État reprend une dernière fois la parole pour clore le débat. 40 maires sont donc intervenus lors de l'après-midi pour le lancement du grand débat national.

19h36 - Emmanuel Macron se dit "prêt à rouvrir la loi NOTRe" de 2015 sur la nouvelle organisation territoriale pour "améliorer ce qui dans cette loi ne fonctionne pas". "Je suis près à la rouvrir, pas pour dire on va repartir pour des années de discussions en sachant quelle compétence on met à tel endroit, quelle compétence à tel autre", a-t-il poursuivi. "Mais, on voit bien qu'il y a besoin d'une respiration sur des choses qui ont été mal faites", a-t-il dit. 

19h04 - Interpellé par des maires, Emmanuel Macron défend sa phrase controversée de l'automne dernier où il avait assuré à un chômeur qu'il lui suffisait de "traverser la rue" pour "trouver un travail". "Moi, là ou j'habite, en traversant la rue, je peux vous dire on en trouve", du travail, a-t-il rétorqué sans se démonter.  

18h10 - Sur la limitation à 80 km/h, Emmanuel Macron déclare : "Ça crée du mécontentement, peut-être au fond tout cela est plus profond. Il faut ensemble que l'on trouve sur ce sujet aussi une manière de le mettre en oeuvre. Il n'y a pas un président de conseil départemental qui n'a pas pris ses responsabilités sur la vitesse, quand il voyait que sur une route, il y avait un problème (...) Peut-être que par le dialogue, on peut trouver quelque chose de plus pragmatique".

18h06 - Le président ajoute : "Si les gens veulent devenir riche dans notre pays, il ne faut pas être élu, donc il ne faut pas s'en prendre à eux".
 
17h57 - Interrogé par les maires sur la question du rétablissement de l'ISF, Emmanuel Macron a assuré qu'il ne s'agissait "pas d'un tabou, ni d'un totem". "On va avoir un débat sur la fiscalité, c'est une passion française. Ce que je sais, c'est que quand on produit moins, il y a peu de chance que l'on répartisse plus. Les impôts qui n'encouragent pas celles et ceux qui entreprennent et créent des emplois, ce ne sont pas les meilleurs impôts", ajoute-t-il.

17h47 - La journée d'Emmanuel Macron a été chargée. Après avoir fait une visite surprise à Gasny, le président de la République s'est aussi rendu à la rencontre des Français, à l'occasion d'un déjeuner avec des commerçants et des artisans retraités vernonnais. 

17h14 - La première chose que j'attends, c'est que vous soyez des facilitateurs, d'aider à organiser tout ceux qui veulent mener des discussions", explique-t-il.

17h11 - Après avoir écouté une dizaine de maires, Emmanuel Macron s'exprime. "Comme toujours, les choses se font d'elle-même. Le mot 'cahier de doléances' est entré dans les mœurs, non pas que la référence historique me chagrine mais cela doit être un cahier de droits et de devoirs", explique le président de la République.

17h03 - "Ces doléances sont un condensé de la souffrance, des colères, mais également de propositions de citoyens qui se considèrent comme les oubliés de la République", a relevé la présidente des maires ruraux de l'Eure, Laurence Bussière.  

16h17 - Emmanuel Macron écoute actuellement les doléances des maires qui prennent la parole, les uns après les autres. Avant son discours, le président de la République s'est rendu à Gasny. S'exprimant au cours d'un Conseil municipal, le président a déclaré : "Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent"

À lire aussi

15h53 - C'est au tour de Valéry Beuriot, maire PCF de Brionne de prendre la parole. "Il n'y a pas de question interdite mais j'ai en tête une contradiction. Vous ne changerez pas de cap, mais sur les questions fiscales vous ne changerez pas de cap. Il y a là une contradiction qui vous appartient de lever", dit-il à Emmanuel Macron. 

15h44 - 5 maires prennent la parole devant Emmanuel Macron, afin d'exposer les premières questions et doléances. "Quand est-ce qu'on arrête la machine à broyer la proximité ?", demande Jean-Paul Legendre, président de l'Union des maires et des élus de l'Eure.

Jean-Paul Legendre, président de l'Union des maires et des élus de l'Eure
Jean-Paul Legendre, président de l'Union des maires et des élus de l'Eure Crédit : Pool France TV

15h36 - "Il faut que nous refusions la démagogie. L'addition des colères n'a jamais été la solution", indique le président de la République. Il revient sur les 35 questions notées dans sa lettre aux Français. "Toutes les questions sont ouvertes. Il ne doit pas avoir de tabou. Je voulais que l'échange d'aujourd'hui, soit un échange libre et de me dire ce que vous avez dans la tête", dit-il face aux 600 maires sous les applaudissements de la salle. 
 
15h34 - "L'objectif est de vous entendre de manière très libre. je souhaite que vous puissiez vous exprimer de la manière la plus directe. J'ai tout mon temps, explique Emmanuel Macron. La période que nous sommes en train de vivre pose beaucoup de défis à notre pays. Je pense que nous pouvons faire du moment que traverse la France, une chance. Ce qui est en train de remonter aujourd'hui, c'est une fracture sociale dont on parle depuis 25 ans". 

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron Crédit : Pool France TV

15h33 - Emmanuel Macron prend la parole. 

15h31 - Vincent Martin, le maire du Grand Bourgtheroulde, prend la parole. Il remet au président de la République une médaille avec la date du 15 janvier 2019 gravée, afin de marquer le lancement du grand débat. 

Il remet aussi un cahier de doléances à Emmanuel Macron. "Des thèmes récurrents reviennent : le pouvoir d'achat, la fiscalité et la mobilité, explique-t-il. Il y a beaucoup d'attente et pourquoi pas vous aider et y participer, puisque c'est une solution que nous devons trouver collectivement".

15h26 - Le président de la République et arrivé face aux maires

15h23 - À quelques minutes du discours d'Emmanuel Macron face à 600 maires, Édouard Philippe lui défend les modalités de l'organisation du grand débat national

15h19 - Selon les journalistes présents au déplacement-surprise d'Emmanuel Macron à Gasny, le président aurait déclaré : les "personnes en situation de pauvreté", "on va davantage les responsabiliser, car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent".

15h13 - Emmanuel Macron est arrivé à Grand Bourgtheroulde où il salue Jacline Gourault, Emmanuelle Wargon et Sébastien Lecornu. 

15h11 - Le maître mot de ce grand débat, selon l'Élysée, est l'écoute. "La parole sera laissée aux maires" afin qu'ils fassent "remonter les préoccupations de leurs concitoyens", assure l'Élysée.  

Emmanuel Macron "nous a dit qu'il n'avait pas l'intention de parler, sauf de manière très ponctuelle. Il est plutôt dans une phase d'écoute", a confirmé Vanik Berberian, président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF). 

15h06 - Jacline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires, assure que "le grand débat permettra de parler de tout. Le gouvernement prendra ensuite ses responsabilités".

14h58 -  Pourquoi Emmanuel Macron a-t-il choisi le Grand Bourgtheroulde ? "C'est une représentation de cette France dite périphérique. Huit actifs sur dix travaillent sur la métropole de Rouen et c'est là où le mouvement des "gilets jaunes" a eu un écho particulier", explique le maire de la ville Vincent Martin.

14h47 - Invité à l'antenne de RTL, ce mardi, François Bayrou a assuré qu'"aucune porte n'est fermée" pour ce débat et qu'"aucune question ne sera écartée". Le maire de Pau a aussi indiqué qu'il animera lui-même les cinq débats organisés dans la ville de Pau.

>
François Bayrou était l'invité de RTL le 15 janvier 2019 Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :

14h36 - Comment faire pour participer au grand débat national. Toutes les réponses sont à lire dans notre article

À lire aussi

14h25 - Pour en "piloter l'animation", deux membres du gouvernement, Emmanuelle Wargon (Transition écologique) et Sébastien Lecornu (Aménagement du territoire), ont été désignés. Cela a provoqué des inquiétudes et des critiques de la part de l'opposition, mais aussi des "gilets jaunes".

14h13 - Depuis qu'il a été violemment pris à partie par des manifestants début décembre au Puy-en-Velay, Emmanuel Macron n'est plus retourné au contact des Français, à l'exception d'une visite éclair sur le marché de Noël de Strasbourg le 14 décembre, après l'attentat qui a fait cinq morts.
14h - "Je ne veux pas dire que les 'gilets jaunes' est un mouvement social d'un nouveau type, qu'on va attendre qu'il se fatigue et la vie reprendra son cours (...) Mais c'est une chance pour qu'on puisse réagir plus fort et plus profondément", a déclaré Emmanuel Macron.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Débat Emmanuel Macron Eure
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796236065
Grand débat national : Emmanuel Macron échange pendant plus de 6h avec 600 maires
Grand débat national : Emmanuel Macron échange pendant plus de 6h avec 600 maires
VIDÉOS - Le président de la République a lancé le grand débat national en appelant à un dialogue sans "tabou" face à des maires inquiets qui ont témoigné des "fractures" françaises.
https://www.rtl.fr/actu/politique/en-direct-grand-debat-emmanuel-macron-gilets-jaunes-7796236065
2019-01-15 14:06:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/cDskbfypQVAQPpWWFcd8gg/330v220-2/online/image/2019/0115/7796238810_emmanuel-macron-lors-du-lancement-du-grand-debat-national-le-15-janvier-2019.jpg