2 min de lecture Politique

Emmanuel Macron "souffre d'une perte de crédit", selon Pauline de Saint-Rémy

ÉDITO - Quels que soient les efforts du chef de l'État pour introduire le plus de verticalité possible dans sa pratique du pouvoir, Emmanuel Macron semble toujours rattrapé personnellement, souligne Pauline de Saint-Rémy.

La Semaine Politique - Duhamel La semaine politique d'Alain Duhamel Alain Duhamel iTunes RSS
>
Emmanuel Macron "souffre d'une perte de crédit", selon Pauline de Saint-Rémy Crédit Image : Ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Venantia Petillault

Pour la neuvième fois depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron présidait ce vendredi 28 février au matin, une cérémonie d'hommage dans la cour des Invalides. Après Simone Veil et Jacques Chirac, il a cette fois salué la mémoire d'un journaliste, le fondateur du Nouvel Observateur, Jean Daniel. 

Contrairement à Simone Veil ou Jacques Chirac, Jean Daniel était une figure intellectuelle très respectée mais certainement pas un personnage populaire, au sens noble du terme. Rien n'obligeait donc le président à faire plus qu'un communiqué d'hommage. Il faut d'ailleurs rappelé que ces cérémonies grandioses n'ont pas toujours été la règle sous la Ve République. 

Le journal L'Opinion, se souvenait dans ses colonnes du jour, qu'Albert Calmus lui-même, dont Jean-Daniel a été l'un des disciples, tout prix Nobel qu'il était, n'avait eu droit qu'à des funérailles discrètes. Chacune de ces décisions est donc soupesée. 

Une figure de gauche

Le fait que Jean Daniel soit une figure de gauche constitue la deuxième raison pour laquelle cette décision ne doit rien au hasard. Avec Michel Rocard, Jean Daniel était incontestablement l'une des principales figures de la deuxième gauche ou de la gauche dite "morale". 

À lire aussi
Éric Dupond-Moretti à l'Assemblée nationale, le 8 juillet 2020 droits des femmes
Dupond-Moretti a "des opinions extrêmement misogynes", dénonce une militante féministe

Ancien résistant, né en Algérie, il a comme Camus, soutenu la décolonisation et aussi porté des combats sociétaux pour les droits des femmes ou encore des homosexuels. C'était un européen convaincu. Il y a de toute évidence un lien de filiation entre cette gauche là et le chef d'État, ou plutôt il y "avait". 

En 2016, Emmanuel Macron avait préfacé le livre d'un certain Jean-Paul Huchon, ancien président de la région Île-de-France sur Michel Rocard, intitulé Ce que je dois à Michel Rocard. Aujourd'hui, le même Jean-Paul Huchon dézingue le chef de l'État : "Il y a une forme d'immaturité chez lui", a-t-il confié au journal Le Monde. "Sur les retraites, il faut accepter de perdre et de prendre du temps, on ne peut plus passer à coup de pompes dans le cul". 

En effet, le chef de l'État souffreles sondages le montrent les uns après les autres, d'une perte de crédit, particulièrement marquée chez les sympathisants socialistes.

Par exemple, l'échange retransmis en direct sur toutes les chaînes de télévision, ce jeudi 27 février entre Emmanuel Macron et un neurologue à la Pitié-Salpêtrière est révélateur. Il s'est adressé à Emmanuel Macron comme si le président n'avait pas pris conscience de la gravité de la crise dans l'hôpital public.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Michel Rocard Hôpitaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants