2 min de lecture La République En Marche

Emmanuel Macron : une nouvelle séquence politique dans son mandat ?

ÉDITO - Olivier Mazerolle estime que la réaction du chef de l'État concernant l'allongement du congé à 12 jours en cas de perte d'un enfant mineur, a braqué les projecteurs sur les réflexes technocratiques de la majorité.

Mazerolle-245x300 L'Edito d'Olivier Mazerolle Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Emmanuel Macron : une nouvelle séquence politique dans son mandat ? Crédit Image : ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle édité par Quentin Marchal

C'est une réaction qui n'a pas manqué d'être décryptée au peigne fin. En faisant savoir qu’il avait demandé à son gouvernement de faire preuve de plus d’humanité après la faute de sa ministre du Travail Muriel Pénicaud concernant l'allongement du congé à 12 jours en cas de perte d'un enfant mineur, Emmanuel Macron a peut-être ouvert, sans le vouloir, une nouvelle séquence politique.

Au-delà de l’émotion, cet épisode aurait pu n’être qu’une péripétie politique, sans suite. Or si il soulève cette tempête, c’est tout simplement parce qu’il met au grand jour le mode de comportement de certains ministres, la comptabilité et la finance d’abord, et de députés qui suivent aveuglément le gouvernement de peur de déplaire. Et en réagissant comme il l’a fait, pour tenter de limiter les dégâts, le chef de l'État a en réalité braqué les projecteurs sur les réflexes technocratiques de la majorité

La plupart des députés de La République en Marche (LaREM) ignoraient que ce projet de loi serait examiné et ceux qui avaient été rameutés ne voyaient pas malice à ce qu’une ministre mette en parallèle la mort d’un enfant et les exigences comptables. Cette fois, Emmanuel Macron a compris qu’une ligne jaune avait été franchie. Il a été obligé de mettre le holà.

Une majorité qui semble divisée

L’aile gauche de la majorité rue dans les brancards et veut être davantage prise en compte.  Avec plusieurs anciens socialistes qui soutiennent la majorité, Jean-Yves Le Drian a d'ailleurs créé un groupe qui entend rééquilibrer la majorité vers la gauche. Jusqu’à présent, l’aile droite s’était imposée dans la majorité avec des figures politiques plus affirmées comme Édouard Philippe, Bruno Le Maire ou Gerald Darmanin. Il y a de la friction sur la ligne.

À lire aussi
Edouard Philippe Édouard Philippe
Remaniement : et maintenant, quel avenir pour Édouard Philippe ?

À l'approche des élections municipales au mois de mars prochain, Édouard Philippe a justement fait savoir qu'en cas de victoire au Havre, il mettrait en place un maire encarté Les Républicains (LR). C’est bien là qu'est toute l’ambiguïté. En cas de victoire, le Premier ministre sera à la fois le héros de la majorité et un électron libre, à l’écart de La République En marche

Et ce n’est pas tout, Gérald Darmanin, qui se prépare à gagner à Tourcoing, lorgne également la présidence la Métropole Lilloise. Une place forte. Il reprend sa liberté pour soutenir, pourquoi pas, son ami Xavier Bertrand, président de la région des Hauts de France qui s’oppose ouvertement à Emmanuel Macron.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants