4 min de lecture Environnement

Emmanuel Macron "pousse une contre-offensive" politique, selon Alain Duhamel

ÉDITO - Le chef de l'État pousse une contre-offensive à gauche avec l'environnement, dans lequel il s'engage de façon plus convaincante qu'avant, et à droite avec les rapports avec l'islamisme qu'il traite de manière raisonnable.

La Semaine Politique - Duhamel La semaine politique d'Alain Duhamel Alain Duhamel iTunes RSS
>
Emmanuel Macron "pousse une contre-offensive" politique, selon Alain Duhamel Crédit Image : Ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
La Semaine Politique - Duhamel
Alain Duhamel édité par Sarah Ugolini

À Paris, à peine un mois avant les municipales, Benjamin Griveaux a été remplacé par l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn. L'actuelle dynamique profite plutôt à Rachida Dati. C'est incontestablement l'ancienne ministre de la Justice qui a effectué une percée. 

À partir du moment où Agnès Buzyn entre en jeu, on ouvre une deuxième phase qui est différente. Dans la réalité des choses, c'est Anne Hidalgo qui est en position de favorite parce que pour le second tour, c'est elle qui a le plus de réserves et d'alliés potentiels. La partie va en fait se jouer pour savoir qui sera son adversaire. Cela peut être Rachida Dati, qui fait une bonne campagne, ou Agnès Buzyn qui a une bonne image, meilleure que les deux autres.

L'ancienne ministre de la Santé d'Emmanuel Macron a des arguments dans la mesure où elle est connue et a une image de rassemblement, donc la question va être de savoir si l'électorat de Villani va la rejoindre ou pas. On verra si une dynamique va se déclencher ou non et si elle trouvera un accord avec le candidat dissident exclu de LaREM avant le premier tour, ou seulement pour le second tour. 

Une élection très importante au niveau national

Ce qu'il faut bien se rendre compte, c'est ce qu'est véritablement une élection très importante, aussi bien pour La République en Marche que pour Les Républicains, non seulement au niveau municipal parisien, mais au niveau national. 

Si jamais Rachida Dati l'emporte, ce qui est peu vraisemblable, ou fait un très bon score, ce sera la preuve que Les Républicains sont en train de renaître, contrairement çà ce qu'il s'était passé aux élections européennes. 

À lire aussi
Christiane Lambert a été réélue à la tête de la FNSEA le 1er juillet 2020 agriculture
Agriculture : "Nous sommes déjà dans la transition écologique," assure Christiane Lambert

Pour LaREM, qui ne peut pas attendre grand-chose de ces élections municipales, la seule vraie possibilité, ce serait qu'Agnès Buzyn puisse l'emporter pour que le parti sauve la face. 

Lamentable polémique entre Castaner et Faure

Il a beaucoup été question du niveau du débat politique avec l'affaire Griveaux, on ne peut pas dire que la polémique de cette semaine entre Olivier Faure et Christophe Castaner arrange les choses.C'est lamentable et incompréhensible de la part de responsables politiques de ce genre. 

L'image du monde politique est suffisamment mauvaise et ce qu'il s'est passé avec Benjamin Griveaux est suffisamment grave. Voir le ministre de l'Intérieur et le leader d'un parti, qui a longtemps été un grand parti de gouvernement, échanger ce genre de propos prouve que l'un comme l'autre ne se situent pas à un niveau stratosphérique. 

La réforme des retraites s'enlise à l'Assemblée

La réforme des retraites reste quant à elle sous les projecteurs de l'actualité avec un enlisement à l'Assemblée nationale comme à la conférence financière, où cela se tend entre syndicats, patronat et gouvernement. Les syndicats opposés à la réforme vont casser cette conférence, et entre le Medef et la CFDT et les syndicats réformistes de l'autre, les rapports se sont beaucoup tendus. À l'Assemblée, le risque d'être obligé de recourir au 49.3, évidemment impopulaire, est évident. Passer en force n'est souhaitable ni pour le gouvernement, ni pour personne.

Macron continue son opération reconquête de l'opinion

Concernant le discours d'Emmanuel Macron sur le séparatisme, c'est la première fois qu'on a un discours équilibré, cohérent, avec le bon mot séparatisme, qui est bien meilleur que communautarisme, et avec le début de mesures que tout le monde a demandé. Les circonstances ont fait qu'on en a très peu parlé parce qu'il y avait cette affaire aberrante de Benjamin Griveaux. Il faut espérer que cela reviendra après les élections municipales. 

Emmanuel Macron continue son opération reconquête de l'opinion. Il a à refaire un retard important en matière de popularité. Le débat sur les retraites a été mal mené depuis le début par le gouvernement. Le chef de l'État aura besoin, à la fin du processus, de s'expliquer lui-même sur cette réforme des retraites, quand elle aura au moins été votée en première lecture. 

On voit bien qu'il pousse une contre-offensive, à gauche avec l'environnement, dans lequel il s'engage de façon plus convaincante qu'avant, et à droite avec les rapports avec l'islamisme qu'il traite de manière raisonnable, c'est-à-dire avec fermeté mais sans donner le sentiment de sanctionner une communauté. Mais le Président a du travail devant lui. Je pense que sa contre-offensive est assez bien menée, mais faible par rapport à la situation. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Islamisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants