1 min de lecture Vie privée

L'affaire Griveaux illustre "une véritable dérive démocratique", décrypte Olivier Picard

INVITÉS RTL - Les journalistes Nicolas Domenach et Olivier Picard reviennent sur l'affaire Griveaux, et analysent la manière dont la vie privée des hommes politiques a volé en éclats.

micro générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
L'affaire Griveaux illustre "une véritable dérive démocratique" Crédit Image : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Les Signatures RTL

Si la Ve République a connu plusieurs révélations sur la vie privée, l'affaire Griveaux a passé un cap en plongeant dans l'intime, le privé et le sexe. Présent sur RTL, Olivier Picard est journaliste collaborateur au Canard Enchaîné, journal habitué aux révélations.

Le journaliste, auteur en 2002 de Mariage, sexe et tradition (Plon), répond à la question de l'intérêt que peut avoir un journal comme "la palmipède" pour les affaires de sexe. "La formule du Canard c'est de dire toujours qu'on s'arrête à l'orée de la chambre à coucher, et ça reste vrai", rappelle Olivier Picard. 

"Pour des journalistes politiques, la seule question devrait être de savoir si un fait a un intérêt politique, s'il a une incidence politique. À partir de ce moment-là, on peut en parler", explique le journaliste. Pour Olivier Picard, l'affaire Griveaux illustre "une véritable dérive démocratique"

Les réseaux sociaux comme vecteur

"Cette dérive démocratique, elle est ancienne. On a vu déjà pendant la crise des 'gilets jaunes' la frontière qui protégeait la personnalité publique voler en éclats", analyse-t-il. Mais il explique que les politiques "ont eux-même ouvert la barrière". Il pointe ainsi les plans médias qui ont "fait rentrer le loup dans la bergerie". 

À lire aussi
Manuel Valls coronavirus
Coronavirus : Manuel Valls défend l'utilisation d'une application de tracking

"Quand on a fait entrer les caméras dans la chambre à coucher, il est difficile de les en faire sortir ensuite", abonde Nicolas Domenach, du Nouveau magazine littéraire. D'autant qu'avec les réseaux sociaux, l'information est répercutée immédiatement, avec un écho quasi illimité. 

"Il y a une haine sociale qui n'a cessé de monter, mais qui se sert des nouveaux médias qui la démultiplient, qui la catalysent, sans qu'on sache comment les maîtriser", explique Nicolas Domenach, qui dans l'affaire Griveaux voit l'illustration de "la naïveté des politiques, qui devraient pourtant être au fait de ces affaires-là"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vie privée Société Réseaux sociaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants