1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Présidentielle 2022 : les jeunes et le travail… y’a-t-il un candidat que ça intéresse ?
2 min de lecture

ÉDITO - Présidentielle 2022 : les jeunes et le travail… y’a-t-il un candidat que ça intéresse ?

La place du travail dans nos vies est en train de changer, en particulier chez les jeunes. Pour l'instant, les réponses politiques à ce phénomène semblent assez anciennes.

Un jeune homme au Pôle Emploi à Montpellier le 3 janvier 2019
Un jeune homme au Pôle Emploi à Montpellier le 3 janvier 2019
Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
Les jeunes et le travail... Aucun candidat ne répond à leurs aspirations.
02:46
Les jeunes et le travail... Aucun candidat ne répond à leurs aspirations.
02:46
L'Edito Politique Olivier Bost
Olivier Bost

C’est sans doute le plus gros bouleversement de ces dernières années : la place du travail dans nos vies est en train de changer, en particulier chez les jeunes. Pour beaucoup, ce n’est plus la base de la réussite et du bonheur. Il y a plus important. Un grand chamboulement que la crise du coronavirus a accéléré, et pas seulement avec le télétravail.

Avant l’été, l’année dernière, presque un million de personnes ont démissionné de leur CDI. Ce n’est pas seulement parce qu’il est plus facile de retrouver du travail dans pas mal de secteurs. C’est aussi parce que nous sommes moins attachés à l’entreprise et à nos boulots. Les moins de 35 ans ont beaucoup moins envie de faire des jobs inintéressants ou très pénibles, de faire carrière ou même de stabilité.

Pour l'instant, les réponses politiques à ce phénomène semblent assez anciennes, comme du siècle passé. Il y a l’idée que les 35 heures ont cassé l’envie de s’impliquer - moins on bosse, moins on se sent concerné par le travail. C’est une piste, et pour contrer cela la réponse est toujours la même : travailler plus pour gagner plus, comme le propose Valérie Pécresse. C’est intéressant, mais chez les jeunes le salaire n’est même plus le premier critère pour choisir un emploi.

La gauche y répond avec ses vieilles recettes, elle aussi

Ce que cherchent les jeunes, c'est faire ce qu’ils veulent, quand ils veulent. "La priorité des jeunes s’est inversée", explique la présidente de l’association des DRH dans Le Monde, mardi 25 janvier. "Chez les jeunes, la vie personnelle passe désormais avant le travail". 

À lire aussi

La gauche y répond avec ses vieilles recettes, elle aussi. Jean-Luc MélenchonYannick Jadot ou Anne Hidalgo promettent de réduire le temps de travail, vers les quatre jours par semaine, et pour ceux qui ne bossent pas, un RSA jeune. Mais la gauche passe complétement à côté d’une autre attente : la quête de sens, faire un boulot qui sert à quelque chose.

Qu'a fait Macron ?

Sur ce point, je n’ai pas trouvé de réponse dans les programmes présidentiels disponibles aujourd’hui, et je ne sais pas si les politiques peuvent y répondre. Emmanuel Macron a tout centré dans son quinquennat sur l’accession au marché du travail avec des réponses très pragmatiques: le développement de l’apprentissage, un jeune une solution pour accompagner ceux qui galèrent, des indemnités chômages moins généreuses pour inciter à chercher du travail...

Pour sa campagne de réélection, dans les tuyaux, ses équipes phosphorent sur un temps de travail modulable tout au long de la vie, avec une banque du temps : vous bossez beaucoup quand vous êtes jeune, un peu moins quand vous devenez parents ou que vous approchez de la retraite. Une idée presque aussi compliquée que la retraite à points.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/