1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Des drones seront-ils déployés pour surveiller les fêtes de fin d’année ?
3 min de lecture

Des drones seront-ils déployés pour surveiller les fêtes de fin d’année ?

FACT CHECKING - Des drones seront bien déployés en Belgique pour les fêtes, mais ce ne sera pas le cas en France.

Un drone de surveillance de la police nationale pendant le confinement (image d'illustration)
Un drone de surveillance de la police nationale pendant le confinement (image d'illustration)
Crédit : AFP
Des drones seront-ils déployés pour surveiller les fêtes de fin d'année ?
03:15
Des drones seront-ils déployés pour surveiller les fêtes de fin d'année ?
03:15
Jean-Mathieu Pernin
Journaliste

Les fêtes de fin d'année vont-elles être surveillées par... des drones ? C'est la rumeur qui enfle ces derniers jours sur les réseaux sociaux. "Halte à la surveillance généralisée", "Je vais prendre mon fusil pour m’en faire un". Telles sont les réactions que l’on peut trouver sur Facebook à cette annonce, et même un étonnant : "Je fêterai le 31 décembre, un autre jour".

Tout est parti d’une publication issue d’une page Facebook de rassemblement de "gilets jaunes", "La France en colère". Un article y est partagé et titré ainsi : "La police déploiera des drones lors des fêtes", "une intrusion majeure dans la vie privée". S’en suivent des centaines de commentaires violents… 

C’est étrange, car dans nos rédactions nous n’avions pas entendu parler de ce déploiement de drones. Normal, puisque ces appareils seront déployés dans un coin du territoire…belge, et pas en France. Nous sommes voisins mais ce qui se passe chez l’un ne se réalise pas chez l’autre forcément.

Les drones, souvent l'objet de rumeurs et de fake news

L'information a été confirmée par de nombreux médias belges dont la RTBF, radio télé belge francophone : ces drones seront déployés à l’est du pays dans la région du Limbourg, partie néerlandophone du royaume. Il s’agit pour les autorités de s’assurer "du respect de l’interdiction des feux d’artifice et des mesures sanitaires" pendant "la période des fêtes de fin d’année". 

À lire aussi

Cela va un peu loin aussi car  "des caméras thermiques pourront par ailleurs être fixées sur les drones, permettant ainsi à la police de contrôler les personnes à l’extérieur. La police dispose également d’un drone équipé d’un mégaphone. Celui-ci devrait être employé pour s’adresser aux gens en cas d’incident." Les contrevenants s'exposent à des amendes de 250 euros

Ça, c’est donc pour une partie du territoire belge. Mais en France, les intox du drone reviennent régulièrement à cause d’une fake news diffusée le 25 septembre dernier, affirmant qu’un drone survolait le Vieux-Port de Marseille en diffusant un message de la police mettant en garde contre le non port du masque et l’amende de 135 euros qui s’en suit. Ce drone a bien circulé mais fin août, et non pour surveiller chaque habitant, afin de savoir s'il portait bien son masque, mais pour avertir la population de l’amende encourue en cas de non respect du nouveau règlement imposés par les autorités. 

Pendant le confinement, des engins de la sorte avaient circulés à Paris et Nice. Certains maires s’étaient vantés de faire rentrer la surveillance dans une nouvelle ère. Une ambition futuriste vite remise dans les cartons.

Une pratique encadrée qui pourrait être remise en cause

Le 18 mai dernier, le Conseil d’Etat a confirmé le recours de l’association la Quadrature du Net et de la Ligue des Droits de l’Homme pour cesser immédiatement la surveillance par des drones du respect des règles sanitaires, dans la capitale uniquement. A Nice, les drones ont cessé, mais la décision du Conseil d’Etat ne s’y applique pas, comme à Marseille.

Dans la loi sur la "Sécurité globale", on a beaucoup parlé de l'article 24 et des visages floutés des policiers, mais l’article 22 prévoit l’encadrement de l’utilisation des drones par les forces de l’ordre. Ces appareils, selon l’article de loi, pourraient retransmettre en direct des images prises en direct par des drones en cas de trouble grave à l’ordre public, à condition de prévenir et d’avertir de leur utilisation. En France, pour la Saint-Sylvestre, ne prévoyez pas un couvert pour les drones car ils ne passeront pas cette année. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/