2 min de lecture Violences

Démission de Gérald Darmanin ? "Pourquoi pas", répond Adrien Quatennens

INVITÉ RTL - Le député LFI du Nord n'a pas fermement appelé à la démission du ministre de l'Intérieur, critiqué pour son projet de loi "sécurité globale". En revanche, il a rappelé vouloir le départ du préfet de police.

Benjamin Sportouch - Le Grand Jury Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury d'Adrian Quatennens Crédit Image : Silvère Gérard/agence 1827/RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch et Marie-Pierre Haddad

Une crise politique sur plusieurs niveaux. La proposition de loi "sécurité globale" portée par Gérald Darmanin a déclenché polémique sur polémique depuis sa présentation à l'Assemblée. Les images de l'évacuation du camp de migrants place de la République et de l'interpellation plus que musclée du producteur de musique Michel Zecler ont fait du ministre de l'Intérieur une cible. La crise s'est aussi transportée dans les rangs de la majorité à l'Assemblée qui estime être contournée par le gouvernement. 

La France insoumise a multiplié les appels à la démission et au limogeage du préfet de police de Paris Didier Lallement. "Je demande la démission ou le limogeage du préfet Lallement, a lancé Adrien Quatennens, qui a en plus pour lui le traitement des 'gilets jaunes', avec 32 personnes éborgnées dont on n'a toujours pas retrouvé la trace, de tout cette mascarade qu'est devenue l'IGPN, dans laquelle des policiers décident entre eux du sort de policiers".

Gérald Darmanin est très fragilisé

Adrien Quatennens, député LFi du Nord
Partager la citation

Quant au ministre de l'Intérieur dont le poids au gouvernement commence à être remis en cause, le député la France insoumise du Nord "pense qu'il est très fragilisé". En appelle-t-il à sa démission ? "Pourquoi pas", répond-il en préférant concentrer ses critiques sur le très controversé préfet de police de Paris (vidéo à partir de 34 minutes).

Une soixantaine de policiers et gendarmes ont été blessés et 81 personnes ont été interpellées lors des manifestations contre le texte "Sécurité globale" et les violences policières, selon un bilan du ministère de l'Intérieur. 62 blessés ont été enregistrés parmi les forces de l'ordre (39 en province et 23 à Paris), a précisé le ministère. 

À lire aussi
Théo, le 28 octobre 2017 à Bobigny (Seine-Saint-Denis) enquête
Affaire Théo : deux policiers renvoyés aux assises, menacés d'un simple blâme

Plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont montré des policiers tabassés par des manifestants. Deux manifestants, qui ont fait un signalement auprès de l'Inspection générale de la police (IGPN), ont été blessés en province, selon la police. Au total, ces manifestations ont rassemblé, selon l'Intérieur, 133.000 personnes dont 46.000 à Paris, les organisateurs annonçant pour leur part 500.000 participants dont 200.000 dans la capitale. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences Gérald Darmanin La France insoumise
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants