1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Déconfinement : le retour des jours heureux, c’est maintenant ?
2 min de lecture

Déconfinement : le retour des jours heureux, c’est maintenant ?

ÉDITO - Alors que les Français fêtent la réouverture des terrasses et des commerces, l'exécutif espère surfer sur un vent d'optimisme.

Emmanuel Macron, le 12 mai 2021
Emmanuel Macron, le 12 mai 2021
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Le retour des jours heureux
02:36
Déconfinement : le retour des jours heureux, c'est maintenant ?
02:36
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
Journaliste

C'est un vent d’optimisme qui souffle dans l'exécutif ce mercredi 19 mai, le même que celui qui a poussé les électeurs à voter pour Emmanuel Macron, en 2017. Lors de la dernière présidentielle, l'optimisme inculqué par l'actuel chef de l'État a eu raison de l’insécurité économique mise en valeur par Marine Le Pen, la soupe à la grimace et le régime de rigueur de François Fillon et le pays administré de Jean-Luc Mélenchon.

Oui, Emmanuel Macron a fait souffler un vent d’optimisme en 2017, l’idée que le pays irait mieux et irait de l’avant. La suite a été chahutée, la promesse a été ensevelie par les ennuis, mais voilà qu’elle réapparait et ce 19 mai 2021, jour de réouverture, l’optimisme est palpable quand vous échangez avec les plus hauts responsables de la majorité.

Tout le gouvernement a coché cette case dans son calendrier comme étant celle du retour des jours heureux. Café en terrasse, cinéma, musée, vous verrez des ministres tout sourire goûter, comme d’autres, à ces petites libertés. Pour chacun, dans son secteur, c’est une façon de marquer le coup, de dire que ça repart.

Une ministre s’emballe et estime que si l’épidémie est derrière nous, "on part pour les 10 glorieuses, 10 années de croissance". De son côté, le Premier ministre, Jean Castex, est à peine plus prudent concernant le redémarrage du pays : "La reprise économique sera forte" prédit-il.

Le moral des Français au cœur des préoccupations

À lire aussi

Le sujet de la rentrée sera le plan de relance à fond les manettes, la pénurie de main-d’œuvre et les reconversions professionnelles. Ce n'est pas tout à fait le monde d’avant, ni le monde d’après, tant rêvé pendant le premier confinement. 

Non, Jean Castex défend ce qu’il appelle "un optimisme raisonnable et vigilant". Le chef du gouvernement prépare aussi, en même temps, la prochaine vague de vaccination quand il faudra se protéger des variants de l’hiver prochain.
 
Emmanuel Macron poursuivra quant à lui son tour de France où il lui restera à élucider un gros point d’interrogation : Les Français, éternels pessimistes, partageront-ils ce retour d’optimisme ? L’exécutif s’interroge moins sur la reprise économique que sur le moral des Français, sur ce qu’ils attendent des mois qui viennent.

Un à deux déplacements par semaine permettront donc au chef de l'État de prendre le pouls d’une France qui entrevoit une lueur. Il s’agit pour lui de calibrer au plus juste une fin de mandat périlleuse. Pour Emmanuel Macron, l’immobilisme est impossible et le faux mouvement ferait très mal. "L’automne sera un moment de vérité" prédit un ministre. En effet, ce 19 mai libérateur ne fait pas le printemps, le printemps 2022, celui de la prochaine élection présidentielle.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/