2 min de lecture Épidémie

Coronavirus : "Le nombre d'élus municipaux touchés a explosé", dit Olivier Bost

ÉDITO - Alors que le premier tour des élections municipales a été maintenu le dimanche 15 mars, de nombreux élus municipaux ont contracté le Covid-19 par la suite. Selon Olivier Bost, ils payent déjà un lourd tribut d'être en contact direct avec les habitants.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Coronavirus : " Le nombre d'élus municipaux touchés a explosé" dit Bost Crédit Image : JEFF PACHOUD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Quentin Marchal

Le constat est indéniable depuis le début de l'épidémie de coronavirus, les élus locaux sont durement frappés par le Covid-19. Alors que le nombre de décès et de malades se multiplie dans plusieurs départements du territoire, les élus se trouvent en contact direct avec les habitants, derrière les soignants, qui sont en première ligne, mais aussi les caissiers et les livreurs.

À leur manière et par leur fonction, les élus sont aussi plus exposés que la moyenne. Pour preuve, le nombre de maires et d’adjoints touchés, a explosé ces derniers jours. Par ailleurs, ils n’ont pas de passe droits ou d’accès au test comme le croient certains. Cela montre, une nouvelle fois, qu’ils sont toujours sur le front, dans toutes les crises.

Dans les villages, mais aussi les villes, ce sont eux qui maintiennent le lien avec leurs habitants. Les maires et leurs adjoints sont les plus débrouillards des élus de la classe politique. Ce sont eux qui trouvent une solution pour ravitailler des personnes isolées, qui sont en relation avec les Ephad confinés, qui bricolent parce que le médecin est bien trop loin, ou qui trouvent des solutions pour maintenir un petit commerce d’alimentation encore ouvert. 

Ils sont le premier maillon de la chaîne, pour les petits soucis comme pour les urgences, et ils ne le font pas en téléconférence. À leurs côtés, il y a aussi des agents municipaux et tous ces gens-là ne peuvent pas faire autrement que de s’exposer.

Le maintien des municipales pointé du doigt

À lire aussi
Le professeur Didier Raoult, le 26 février 2020 coronavirus
Coronavirus : l'IHU du Pr Raoult campe sur l'hydroxychloroquine

Dans cette crise sanitaire, les élus municipaux payent déjà un lourd tribut. Plusieurs maires de petites communes sont morts ces derniers jours des suites du virus. Le premier d'entre eux était adjoint au maire de Chécy, une ville de 8.700 habitants. Depuis, plusieurs maires de villages sont morts dans le Bas-Rhin et en Côte d’Or.

Ce week-end, nous avons également appris la disparition du Président du conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian. Si la plupart avaient plus de 70 ans, ce qui n'est pas étonnant quand on sait que les élus sont plus âgés que la moyenne de la population, il y a aussi, en Seine-Saint-Denis, plusieurs cas d’élus d'une cinquantaine d’années qui sont tombés malades.

Beaucoup d’entre eux ont fait campagne pendant les élections municipales jusqu’au dernier jour le dimanche 15 mars. Ils ont serrés des mains, organisés des réunions et beaucoup ont aussi tenus des bureaux de vote. 

Il y a du ressentiment derrière la question du maintien des municipales. D’autant qu’un nombre grandissant d’assesseurs ont également contractés la maladie et beaucoup d'entre eux se demandent pourquoi le scrutin a eu lieu. Si le gouvernement a toujours expliqué qu’il y avait un consensus politique et scientifique pour le faire, il devra expliquer, ce mercredi 1er avril, devant la commission d’enquête parlementaire, pourquoi il a décrété le confinement général, 24 heures plus tard seulement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Virus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants