2 min de lecture Jean Castex

Coronavirus : Jean Castex n'exclut pas de prendre "des mesures supplémentaires"

La diffusion d'une souche plus contagieuse du coronavirus sur le territoire inquiète les autorités qui pourraient imposer de nouvelles restrictions si la situation sanitaire se détériore.

Le Premier ministre Jean Castex lors du point presse du 7 janvier 2021
Le Premier ministre Jean Castex lors du point presse du 7 janvier 2021 Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Pas de nouvelles restrictions pour l'instant mais la donne pourrait vite changer. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi 7 janvier le maintien de toutes les règles sanitaires en vigueur et indiqué qu'il n'excluait pas de prendre "des mesures nationales supplémentaires si nous faisons le constat dans les prochains jours que nous en avons besoin". Mercredi, le président du Conseil scientifique, le professeur Jean-François Delfraissy, avait déjà envisagé la possibilité de "discuter de mesures plus lourdes" au "milieu de la semaine prochaine".

Le gouvernement se réserve dans un premier temps la possibilité de ramener le couvre-feu à 18 heures pour dix nouveaux départements en plus des quinze départements dans lesquels il est déjà en vigueur depuis une semaine. Une décision sera prise vendredi en vue d'une mise en application dès dimanche.

Le Premier ministre n'a pas parlé d'un éventuel troisième confinement national, option décrétée par plusieurs pays voisins ces derniers jours. Le gouvernement ne dispose pas encore de suffisamment d'indicateurs pour évaluer la vigueur du rebond épidémique consécutif aux fêtes de fin d'année et savoir si la situation reste à un niveau maîtrisable. Mais le tableau n'incite guère à l'optimisme.

"La situation sanitaire n'est pas revenue à la normale, elle est même devenue plus fragile au cours des dernières semaines" en France, a prévenu Jean Castex ce jeudi, alors que le pays enregistre 2.500 nouvelles hospitalisations et plus de 200 admissions en réanimation chaque jour. Autre motif d'inquiétude : deux "clusters à risque" du variant britannique du coronavirus, plus transmissible, ont été détectés en France, en Bretagne et en Ile-de-France.

Le variant anglais inquiète les autorités

À lire aussi
commerce
Les infos de 8h - Coronavirus : à Lille, des bars déstockent leurs bières

La diffusion sur le territoire de cette variante hautement contagieuse du virus, susceptible d'encombrer plus rapidement les capacités hospitalières du pays, inquiète au plus haut point le gouvernement qui souhaite éviter "à tout prix" de perdre le contrôle de la situation. Une surveillance accrue sera menée dans les prochains jours dans les écoles et les tests PCR "douteux" feront l'objet d'un séquençage génétique pour repérer les cas positifs imputables à la nouvelle souche du virus.

En outre, les frontières françaises avec le Royaume-Uni resteront fermées "jusqu'à nouvel ordre"  et "seules certaines catégories de personnes" pourront la franchir, à condition d'être testées avant d'entrer en France.

Pour casser plus efficacement les chaînes de transmission du virus, le Premier ministre a par ailleurs annoncé la mise en place d'un arrêt de travail simplifié dès le 10 janvier permettant à toutes personne présentant des symptômes de coronavirus et aux cas contacts de bénéficier d'un arrêt de travail immédiat et indemnisé sans jour de carence. Le chef de la majorité a également repoussé à la mi-février la perspective d'une réouverture des bars et des restaurants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean Castex Gouvernement Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants