4 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : pourquoi la situation est-elle alarmante dans les Ehpad ?

ÉCLAIRAGE - "Les deux principaux lieux de décès sont l'hôpital et les Ehpad", a annoncé le directeur général de la Santé Jérôme Salomon. Or, le bilan des victimes du coronavirus ne prend en compte les victimes dans les Ehpad.

>
8. Coronavirus : huis clos tragique dans les Ehpad Crédit Image : Ludovic Marin / POOL / AFP | Crédit Média : Philippe Corbé | Durée : | Date :
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Ils ont été les premiers à être confinés en France. La population des maisons de retraite subit de plein fouet la pandémie du coronavirus. Des dizaines de décès de résidents ont été signalés ces derniers jours. Ce qui fait craindre aux personnel soignants le spectre d'une "catastrophe" auprès des personnes âgées particulièrement fragiles.

Les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) se sont barricadés en limitant les visites, généralisant les prises de température et l'usage de gel hydroalcoolique et de masques. Des "mesures-barrières" qui avaient pour objectif de "bloquer l'entrée du virus", comme l'expliquait la déléguée générale de la fédération des maisons de retraite privées (Synerpa). 

Mais trois semaines plus tard, les premiers cas apparaissent. A Thise, près de Besançon, 12 résidents sont décédés depuis le dépistage des premiers cas le 5 mars. "Il faut tout faire pour empêcher le virus de pénétrer dans nos établissements, confiner encore plus" : c'est le cri d'alarme lancé par le directeur d'un Ehpad de Haute-Savoie, où sept résidents ont récemment succombé au coronavirus.

Une "hécatombe" à venir dans les Ehpad ?

Le 19 mars dernier, Gaël Durel, président de l’Association des médecins coordinateurs et du secteur médico-social alertait sur la situation déjà dramatique dans les Ehpad, sur l'antenne de RTL : "Lorsque le virus rentre dans un établissement, on assiste à des taux de 75% de résidents atteints par le virus et des taux mortalités catastrophiques, au-delà de 20 à 30%". 

À lire aussi
Le Premier ministre portugais Antonio Costa dans un centre militaire d'accueil des malades du Covid-19, le 30 mars 2020 épidémie
Coronavirus au Portugal : 200 morts du Covid-19, l'état d'urgence prolongé

"Il n'y a pas de place pour eux à l'hôpital, ils sont trop vulnérables (...) on va privilégier, ce qui est tout à fait compréhensible, des personnes qui ont plus de chance de pouvoir s'en sortir", ajoutait-il. Quelques jours plus tard, la situation est toujours aussi inquiétante. Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins-urgentistes de France, craint "une hécatombe dans les Ehpad". "Je pèse mes mots", insiste-t-il sur RTL

En quelques jours, 150 décès dans des Ehpad des Vosges, des Hauts-de-France, du Doubs  et de Haute-Savoie ont été comptabilisés. A cela s'ajoute 61 cas connus en région parisienne. Entre 100 et 150 Ehpad, sur les 700 que compte l'Île-de-France, seraient déjà touchés par l'épidémie de coronavirus, selon les chiffres communiqués par le président de la Fédération hospitalière de France (FHF) sur Franceinfo. D'après lui, l'ampleur exacte du phénomène au niveau national est à ce stade inconnue. 

Masques de protection mais pas de chloroquine

"Les deux principaux lieux de décès sont l'hôpital et les Ehpad", a précisé, mardi 24 mars, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, en annonçant la mise en place d'un "suivi quotidien de la mortalité" dans les établissements pour personnes âgées "dans les tout prochains jours"

l'Assemblée nationaleOlivier Véran a assuré avoir donné des "instructions très claires aux agences régionales de santé (ARS) pour faire chaque jour l'état des lieux dans les différents Ehpad". Ainsi ce sont 20 millions de masques qui sont destinés aux hôpitaux et aux Ehpad des territoires où la circulation du virus est la plus active. 

"J’ai entendu la demande des professionnels du secteur médico-social qui portait sur 500.000 masques de protection par jour et qu’ils ont désormais", affirme le ministre de la Santé. Or, si la promesse du gouvernement de distribuer 500.000 masques par jour pour les personnels des Ehpad est "une bonne chose", "il faut aussi des sur-blouses et des tests", pointe un médecin auprès de l'AFP.

Concernant la chloroquine, l'un de ces traitements testés qui fait polémique, elle pourra être administrée aux malades souffrant de "formes graves" du coronavirus, mais ne doit pas être utilisée pour des formes "moins sévères". Mais Olivier Véran refuse toutes expérimentations. "Demain, si nous avons des données cliniques (sur le traitement, ndlr)", il sera distribué aux résidents des Ehpad. Mais en attendant, "ce serait totalement irresponsable de ma part", de l'autoriser, explique-t-il.

Pourquoi ces décès ne sont-ils pas comptabilisés ?

La circulation du coronavirus s'accélère en France, avec plus de 1.000 décès depuis le début de l'épidémie et un personnel soignant plus que jamais sous tension. Emmanuel Macron devait se rendre mercredi 25 mars à l'hôpital de campagne de l'armée à Mulhouse "pour rendre hommage au personnel soignant" et "témoigner sa solidarité envers la région Grand Est qui est fortement éprouvée" par la crise du coronavirus, a annoncé l'Elysée.

Jour après jour, le bilan s'alourdit mais il est important de préciser que les victimes des Ehpad ne sont pas comptabilisées dans les chiffres communiqués par la direction générale de la santé. "Il est très compliqué de compter les décès en temps réel, même ceux survenus en milieu hospitalier, explique l'agence régionale de santé (ARS) francilienne à CheckNews. Le système n’est pas fait pour ça. Actuellement, des gens passent leur temps à essayer de stabiliser les données, parce que la crise du Covid-19 impose une communication quotidienne".

Pour les Ehpad, "ces établissements ne sont pas reliés au système qui permet de faire le lien avec les hôpitaux, ce qui complique les remontées d’informations. Par ailleurs, certaines personnes vivant dans des Ehpad sont hospitalisées quand elles sont malades, quand d’autres demeurent sur place", ajoute l'agence régionale de santé francilienne.

Selon nos informations, "une application est en cours de développement" afin de permettre "un suivi quotidien de la mortalité, dès lors qu’un Ehpad ou un autre établissement médico-social a signalé au moins un cas suspecté d’être infecté" par le coronavirus survenu dans l’établissement.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Gouvernement Population
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants