2 min de lecture Violences conjugales

Confinement : quelles solutions pour les victimes de violences conjugales ?

ÉCLAIRAGE - Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes, a rappelé les dispositifs en place pour aider les victimes de violences conjugales pendant le confinement.

Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté
Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté Crédit : TRISTAN REYNAUD/SIPA
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Tout le monde confiné, ne veut pas dire tout le monde en sécurité. C'est ce qu'a rappelé Marlène Schiappa lundi 16 mars en évoquant la situation des femmes victimes de violences conjugales. Sur Twitter, la secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes, a listé les dispositifs mis à disposition pour lutter contre ce fléau qui risque d'être exacerbé par le confinement instauré pour lutter contre l'épidémie de coronavirus qui sévit en France.

Depuis mardi 17 mars midi, Françaises et Français sont priés de rester chez eux - hormis dans certains cas, pour lesquels ils doivent se munir d'une attestation sur l'honneur disponible sur le site du ministère de l'Intérieur. Une situation qui peut s'avérer très dangereuse pour les femmes partageant leur logement avec un homme violent. "Le gouvernement est pleinement mobilisé pour protéger et soutenir au mieux les femmes qui en sont victimes", a tweeté Marlène Schiappa.

L'éviction du conjoint violent doit être la règle

Marlène Schiappa
Partager la citation

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a annoncé dimanche la fermeture des tribunaux, sauf pour les "contentieux essentiels", dont les affaires de violences conjugales font partie. Dans ces cas-là, "l'éviction du conjoint violent doit être la règle", rappelle Marlène Schiappa. 

Par ailleurs, elle assure qu'elle travaille en collaboration avec le secrétaire d'État au Logement Julien Denormandie. "Nous nous assurons que les accueils de nouvelles femmes victimes se poursuivent dans le respect des mesures barrières, indispensables pour vous protéger et protéger les autres", a-t-elle garanti. Par ailleurs, ses équipes, dit-elle, évaluent "la situation des centres d’hébergement d’urgence, leur équipement, la mise en œuvre des mesures barrières, et l’organisation de 'Ma Classe À La Maison' pour les enfants hébergés avec leurs mères".

Et les outils de signalement ?

À lire aussi
Montpellier, dans l'Hérault violences conjugales
Montpellier : un homme lacère le visage de sa femme devant leurs enfants

En ce contexte de distanciation sociale pour limiter la propagation du virus, les effectifs des associations sont réduits. Pour autant le numéro d'écoute du 3919 reste actif. "Je ferai un point avec l’équipe mercredi afin de trouver une solution rapide et adaptée", assure Marlène Schiappa. Le site du Centres d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF) reste par ailleurs accessible.

Il est également possible de signaler tout fait de violences conjugales sur la plateforme . Et en cas d'urgence, il faut toujours appeler le 17.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Marlène Schiappa Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants