2 min de lecture Coronavirus France

Confinement : Gérard Larcher demande un "Solidarity Friday" pour les commerçants

INVITÉ RTL - Le président du Sénat Gérard Larcher, invité du Grand Jury, demande ce dimanche 15 novembre un "vendredi de solidarité avec les commerçants" face au "Black Friday".

Benjamin Sportouch - Le Grand Jury Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury de Gérard Larcher Crédit Image : Silvère Gerard / Agence 1827/ RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch édité par Sarah Ugolini

Les commerçants sont vent debout contre l'organisation d'un Black Friday sur Internet en plein confinement, une journée de promotions qui dope les ventes des plateformes de commerce en ligne. Invité du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI ce dimanche 15 novembre, le président du Sénat Gérard Larcher demande un "Solidarity Friday", un "vendredi de solidarité avec les commerçants" (voir vidéo ci-dessus à partir de 9 minutes 46).

Il y a un "problème constitutionnel", "on ne peut pas interdire" le Black Friday a rappelé Gérard Larcher. Aussi, il en a appelé à la "responsabilité des Français", estimant qu'il ne suffisait pas de "pleurer" sur le commerce de proximité qu'il fallait "lui envoyer des signes d'attachement", alors que ceux qui vendent des produits "non-essentiels" ont dû fermer. Le président du Sénat a donc appelé les Français à réserver "une partie de leurs achats" pour les commerçants de proximité

Mon rêve n'est pas des impôts en plus

Gérard Larcher, président du Sénat
Partager la citation

Plus globalement, Gérard Larcher a estimé que "Amazon n'est pas un ennemi", pas plus que le e-commerce. "Ce qu'il faut, ce sont des règles claires en matière concurrentielle", selon lui, alors que Amazon a "sans doute un peu abusé de sa position dominante". Tout est question "d'équilibre" entre le e-commerce et les commerces de proximité, a-t-il encore expliqué. 

En vue de la réouverture des commerces non-essentiels qui pourraient avoir lieu dès le 1er décembre, Gérard Larcher a appelé à une préparation "dans le dialogue" entre l'État et les professionnels, notamment dans la définition du nouveau protocole sanitaire. 

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : le Sénat adopte la prolongation de l'urgence sanitaire jusqu'au 3 mai

En ce qui concerne les grandes surfaces qui ont recours au chômage partiel, le président du Sénat "pense qu'il y a une responsabilité sociale et sociétale des entreprises". "Elles ont des droits mais aussi des devoirs (...) Mon rêve n'est pas des impôts en plus", ajoute-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Gérard Larcher Sénat
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants