2 min de lecture Liberté

Caricatures : "la liberté d'expression n'est pas sans limites", estime Justin Trudeau

Si le Premier ministre canadien dénonce les attentats récemment perpétrés en France, il estime néanmoins que la liberté d'expression ne devait pas "blesser de façon arbitraire et inutile" certaines communautés.

Justin Trudeau, le Premier ministre canadien.
Justin Trudeau, le Premier ministre canadien. Crédit : Dave Chan / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault et AFP

Justin Trudeau s'est prononcé sur le droit de caricaturer le prophète Mahomet, comme l'a fait Charlie Hebdo. Si le Premier ministre défend la liberté d'expression, il estime toutefois que celle-ci n'est "pas sans limites" et qu'elle ne devait pas "blesser de façon arbitraire et inutile" certaines communautés.

"Nous allons toujours défendre la liberté d'expression", a assuré le chef du gouvernement, "mais la liberté d'expression n'est pas sans limites", a-t-il nuancé lors d'une conférence de presse, vendredi 30 octobre. "Nous nous devons d'agir avec respect pour les autres et de chercher à ne pas blesser de façon arbitraire ou inutile ceux avec qui nous sommes en train de partager une société et une planète".

Justin Trudeau a pris ses distances avec la position d'Emmanuel Macron quant aux caricatures du prophète Mahomet et a plaidé pour un usage prudent et responsable de la liberté d'expression : "On n'a pas le droit par exemple de crier au feu dans un cinéma bondé de monde, il y a toujours des limites", a-t-il argumenté. "Dans une société pluraliste, diverse et respectueuse comme la nôtre, nous nous devons d'être conscients de l'impact de nos mots, de nos gestes sur d'autres, particulièrement ces communautés et ces populations qui vivent encore énormément de discriminations", a souligné le Premier ministre.

Des attentats affreux et épouvantables

Justin Trudeau - Premier ministre canadien
Partager la citation

Si Justin Trudeau prend du recul par rapport à la position dans laquelle se trouve la France face à la colère du Moyen-Orient, le chef du gouvernement a néanmoins fermement condamné les récents attentats commis en France, qu'il a qualifié d'"affreux et épouvantables". 

À lire aussi
Une femme court au parc des Tuileries, à Paris (illustration) Coronavirus France
Confinement : "Il faut arrêter la politique de la peur", exhorte une sénatrice LR

"C'est injustifiable et le Canada condamne de tout coeur ces actes en se tenant toujours avec nos amis français qui vivent des moments extrêmement difficiles", a insisté le ministre, qui a été vivement critiqué au Canada pour avoir tardé à condamner l'assassinat de Samuel Paty.

Jeudi 29 octobre, le Parlement canadien avait observé une minute de silence en hommage aux trois victimes de l'attaque au couteau perpétrée à la basilique Notre-Dame de Nice le matin même. De nouvelles attaques terroristes, qui surviennent tandis que la France subie la colère du Moyen-Orient. La position du président Emmanuel Macron, qui a défendu le droit de publication des caricatures en France, est vivement critiquée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Liberté Expression Polémique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants