2 min de lecture Enquête

Canada : Justin Trudeau au centre d'une enquête du Commissaire à l'éthique

Le Premier ministre est soupçonné de conflit d'intérêts dans l'attribution de la gestion d'un programme gouvernemental à une ONG auprès de laquelle il est investi.

Justin Trudeau, le Premier ministre canadien.
Justin Trudeau, le Premier ministre canadien. Crédit : Dave Chan / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau est au centre de la tourmente à cause d'une affaire d'attribution d'un contrat à une organisation caritative pour gérer un important programme gouvernemental. Vendredi 3 juillet, le chef du gouvernement du Canada s'est vu signifier par le Commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique l'ouverture d'une enquête. 

Le Commissaire Mario Dion, un officier indépendant du Parlement, a indiqué sur Twitter avoir informé le Premier ministre. Son enquête est confidentielle et fera l'objet d'un rapport une fois achevée. Le même jour, l'organisation caritative WE Charity (UNIS en français) a annoncé de son côté son retrait de la gestion du programme en question pour cause de proximité entre l'ONG et Justin Trudeau

Les cofondateurs de WE Charity, Craig Kielburger et Marc Kielburger, avaient indiqué dans un communiqué avoir pris cette décision en raison de la polémique que suscitait le choix de leur organisation pour gérer ce programme destiné à encourager le bénévolat étudiant en temps de pandémie de coronavirus.

Le gouvernement de Justin Trudeau avait confié fin juin la gestion et l'organisation du programme fédéral, dont la dotation était de 900 millions de dollars canadiens (591 millions d'euros). Les étudiants admissibles se voyaient offrir des bourses pouvant atteindre 5.000 dollars contre un travail volontaire auprès d'associations à but non lucratif. 

Trudeau déjà épinglé deux fois

À lire aussi
L'explosion de Beyrouth, au Liban, le 4 août 2020 Liban
Explosions à Beyrouth : les questions qui restent en suspens

Mais l'attribution est devenue problématique car Justin Trudeau, son épouse ainsi que la mère du Premier ministre ont tous à un moment donné été invités comme conférenciers par We Charity, ce qui avait amené les partis d'opposition à évoquer un traitement de faveur.

La décision de WE Charity de se retirer a été "convenue mutuellement", avait assuré de son côté la ministre de la Diversité, de l'Inclusion et de la Jeunesse, Bardish Chagger. "La façon (dont) tout ça s'est déroulé, c'est décevant", a reconnu vendredi Justin Trudeau lors d'un point de presse.

De plus, le Premier ministre a tenu à défendre son action, ainsi que celle de sa famille, dans les actions de We Charity. "Ça fait des années que je m'implique auprès des jeunes", a-t-il dit. L'opposition conservatrice réclamait déjà un audit à un autre officier indépendant du Parlement, la Vérificatrice générale du Canada Karen Hogan, sur le choix de l'organisation.

Ce n'est pas la première fois que le Commissaire à l'éthique épingle Justin Trudeau. Il a auparavant publié deux rapports concluant qu'il avait violé la loi sur les conflits d'intérêts. En 2017, pour avoir accepté des vacances sur l'île privée de l'Aga Khan, et l'an dernier pour avoir tenté d'influencer une procédure judiciaire dans l'affaire SNC-Lavalin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enquête Canada Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants